Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 15:14

(Hmmm... Faudrait vraiment que je songe à relancer Skav pour filtrer mes articles sur blogchan un de ces quatres matins. Ca va rejoindre la longue liste de chose à faire. Et hop, j'ai déjà pensé à inaugurer une nouvelle catégorie via cette article, c'est déjà).


Je viens tout juste de découvrir cet auteur et plus précisément, ce bouquin-là :

Après avoir bouffé les génialissimes racontars arctiques Jørn Riel (article à venir dans la semaine pour ce cas), après avoir lu le premier tome de la stratégie d'Ender (qui ne m'a qu'à moitié convaincu, je me demande pourquoi il y a autant de foin autour, c'est sympa, sans plus), après avoir lu l'histoire d'un américain vivant suivant les préceptes de la Bible (très sympa au demeurant et empli de détails intéresant pour le profane comme moi (maintenant, je sais d'où vient les expressions du bouc-émissaire et du bon samaritain) ), je me suis retrouvé avec ce livre. Passé les 50 premières pages pas forcément passionnantes (un gamin de 15 ans qui fait une fugue et semble avoir un "ami intérieur", rencontre une fille et finit par échouer dans une bibliothèque de nos jours et d'un autre côté, une classe tombe dans les pommes dans les années 45), tout se révèle être une splendide mise en place pour la suite qui devient un magnifique WTF (*CPM) !
Les limites du monde réel s'estompent, l'imaginaire fait des incursions à sa manière dans la vie des protagonistes et des scènes tout simplement dantesques commencent à se dérouler. Dans le monde de Murakami, vous pouvez vous retrouver avec un colonel Sanders -ni humain, ni dieu, ni démon,juste un concept- qui vous paye la meilleure prostituée de la ville -qui se révèle être philosophe de surcroît vu qu'étudiante en philosophie- pour que vous déplaciez une bête pierre blanche d'un temple, voir des féministes jusqu'au-boutistes mises à mal par un mâle soi-disant dominant et rencontrer des soldats disparus depuis 60 ans. Et tout cela passe comme une lettre à la poste, l'histoire se déroulant naturellement, sans accrocs. Sans compter que l'auteur nous abreuve de discussions philosophiques courtes mais efficaces, avec une justesse et une simplicité sans équivoques. Le tout empilé par des références compréhensibles par le commun des mortels pour tout ce qui entoure les personnages (leurs goûts musicaux entre autres).
Les écrits de l'auteur touchent, aussi bien pour le côté horrible (argl, les chats Y_Y , j'ai eu mal pour eux) que pour les traits humoristiques, et pour sa capacité à poser une ambiance totalement surnaturelle et réaliste à la fois. Les textes sont crus sans verser dans la facilité et d'une simplicité à la lecture désarmante. Les personnages ont de l'épaisseur et sont attachants (à côté, dans Ender, ils sont plats), chacun avec leurs problèmes plus ou moins assumés, leur côté hors-temps. Ils sont marquants, même pour ceux qui n'apparaissent que quelques pages. Il y a un petit quelque chose qui fait que l'on se sent proche d'eux, ou plutôt, que ce sont des personnes que l'on pourrait rencontrer dans la rue par leur réalisme prégnent.
 Le livre est ainsi un mélange de deux parties qui se complètent et se soutiennent mutuellement. Il est la concaténation d'avoir la tête dans les nuages et les pieds ancrés sur la terre. Et c'est ce qui fait indubitablement son charme. Avec un soupçon de quête initiatique pour vieux et jeunes.

"Kafka sur le rivage" est donc une véritable petite perle de lecture qui vous remplira un bon nombre de soirées (suivant vos rythmes de lecture) avec ses 650 pages bien tassées. Inutile de vous dire que c'est un vrai coup de coeur pour moi et que dès que j'ai un peu de temps, je vais m'empresser d'acheter d'autres oeuvres de l'auteur, pour continuer à voyager aux confins de la réalité.

Une lecture plus que conseillée pour tous les amateurs de surnaturel et de slice of live (*EPM).

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Moktarama 19/10/2008 21:39

Tout à fait d'accord avec ton billet, je l'ai lu il y a quelques mois et j'ai été fort surpris. En effet, j'ai abordé le livre sceptique vu mon manque de prédilection pour l'onirisme, mais le talent de conteur de Murakami est indéniable, je l'ai lu avec grand plaisir.

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 19/10/2008 23:35


Oh ! Je me demandais si tu étais encore vivant ! Cool, tu as update ton blog, faut que j'aille zieuter ça. C'est que ça faisait longtemps ! :)
Merci de m'appuyer, Murakami roxxe !


QCTX 16/10/2008 13:58

Quitte à passer pour un fanboy, je te recommanderai de poursuivre quand même ton exploration de l'univers d'Ender. Au moins un livre. Et tu verras des personnages secondaires qui ont de l'épaisseur, là.
Ceci dit, celui que tu as lu a tout de même remporté le prix Hugo et Nébula deux fois de suite, c'est pas rien.

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 16/10/2008 19:56


Il y aquelques années, j'avais lu le troisième tome à ce qu'il me semble et j'en garde un souvenir correct. Me laisserait ptêt tenter par le deuxième. On voira :)


môman 14/10/2008 19:57

je me suis tou à fait retrouvée dans le lien de roumanoff! Plus vrai que nature!bises

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 14/10/2008 23:35


Ca m'étonne pas tiens :)


môman 13/10/2008 18:31

merci à gilles qui nous l'a fait découvrir!

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 13/10/2008 20:10


Yup ! Clairement oui !


Rikudo 12/10/2008 20:40

Tiens, Haruki Murakami !
J'avais lu quelque part que ABe aurait trouvé quelques inspirations pour Haibane Renmei dans un de ses bouquins : Hard-Boiled Wonderland and the End of the World.
J'ignore si il est traduit en français par contre...

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 13/10/2008 20:09


Vu l'ambiance qui se dégage de Kafka, ça ne me paraîtra pas étonnant. L'idée d'un monde fermé/intérieur est bien plus que présente.


Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories