Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 20:07
(Je pensais mettre Claymore, mais vu que la finale du concours est la semaine prochaine, ça aurait été injuste vu que j'enfonce Raki dans l'article. Donc on revient sur Slam Dunk)

Après le bô ratage de l'autre fois, il est temps de se rattraper.

Donc Slam Dunk.

Qui parle de basket.

A priori, un sport pour lequel je n'ai aucune affinité (à quand un manga potable sur l'équitation tiens ?).

Mais bon, les mangas étant ce qu'ils sont, on sait qu'on va se faire entraîner et presque aimer ce sport. Sont fourbes ces mangakas (CPM). Je suis sûr que même le curling deviendrait über-impressionnant entre leurs mains.

Mais revenons à notre sujet. On suit l'histoire de Hanamichi Sakuragi, jeune voyou aux cheveux rouges et type qui s'est fait jeter 50 fois par les filles au collège et qui compte bien commencé le lycée avec de la réussite. Pas de pot, la fille sur qui il a des vues, est fan de basket. Ce qui lui fait détester d'office ce sport. Mais suite à un relent de haine, ils se retrouvent à mener un duel avec le capitaine de l'équipe. Duel assez épique dans le style vu qu'il combat un gorille. Enfin, un type énorme qui se fait surnommer le Gorille par Sakuragi. Gorille qui est accessoirement le frère de la fille sur qui il a flashé. De surcroît, il découvre que la fille est amoureuse d'un jeune espoir du club, espoir qui est l'antithèse de notre héros au niveau caractériel.

Je vous rassure, c'est pas un shôjo. Y'a plus d'hormones qu'autre chose. Mais il faut reconnaître que le basket se fait attendre. D'ailleurs, sur les 7 premiers volumes, on aura en tout et pour tout un match. Tout le reste, c'est la vie des persos. Ce qui pourrait faire fuir le lecteur qui attend des matchs, des VRAIS AVEC DES HOMMES MUSCLES BOURRES A LA TESTOSTERONE !!!!!

Et c'est ce qu'on a après ! Les sept premiers tomes servent à introduire le coeur de l'équipe. Un coeur composé de sales gosses bagarreurs, plus proches d'une équipe de voyou qu'autre chose, avec tout un tas de caractères bien trempés. Limite s'ils préfèrent pas se taper dessus plutôt que de faire le match parfois. Et pendant que les liens se font entre les héros, la romance disparaît (presque) complètement et le style de Takehiko Inoue, l'auteur, s'envole de tomes en tomes. Le premier tome ne fait pas très joli, le dernier tome est un pur régal pour les yeux, tout simplement magnifique. On sent la souffrance, la PASSION, l'épuisement physique battre à chaque page. Chaque page est d'un dynamisme impressionnant, d'une précision sans faille, d'une qualité rare. Juste du bonheur.
Et comme cela ne suffisait pas, l'auteur maîtrise parfaitement son récit, se payant même l'exploit de réussir à nous faire encourager l'équipe adverse quand elle perd !
De même, un match qui n'engage pas l'équipe des bagarreurs (oui, l'équipe des héros quoi), est presque plus passionnant que les autres matchs !

Certes, le scénario tient sur un ticket de métro. Les héros font un tournoi, faut battre pas les autres. Mais, la mise en scène, l'humour (je puisse comprendre que l'on trouve sakuragi un peu lourd, mais dans mon cas, cela a été un pur régal de voir ses conneries), le déroulement des matchs dont le "courant" ne cesse d'aller et de venir d'une équipe à l'autre, les retournements de situation, les paris un peu fou, des adversaires qui ont vraiment de la gueule, tout cela concourt à faire de Slam Dunk un manga de première catégorie. J'ai rarement vu un manga de sport aussi maîtrisé sur de nombreux aspects. Car, en dehors du fait que l'équipe soit constituée de fuck**** bad'ass puissants, ils sont loin d'être invincibles et se feront battre plus d'une fois, même sur leur point fort. C'est ce dernier point qui rend Slam Dunk si jouissif à lire, c'est ce côté réaliste que l'on ressent dans les scènes (sans compter les petites notes explicatives pour faire comprendre au profane les régles du jeu qui sont parfaitement intégrés), ce souci du détail, ce.... Râh, c'est juste bon !

Slam Dunk, c'est le manga qui vous en met plein les mirettes et qui vous fait ressentir des élans de PASSION !
Ca vous donne envie de regarder du basket à la télé, tout comme Ippo vous donne envie de regarder de la boxe. Sauf que c'est une mauvaise idée pour le basket. Pourquoi ? Parce que voir qu'un match de basket serré, ça se finit par des lancers francs ("une faute vaut mieux que deux points assurés", f*ck ce genre de stratégie), ça casse l'image de gens qui se battent jusqu'au bout. Ca fait très petit joueur. Mais bon....

Pour finir, une fois passé les 7 premiers volumes qui servent à introduire les différents persos de l'équipe à l'aide de bonnes bastons des familles, Slam Dunk devient un truc énorme empli de rage, de batailles fougueuses, de stratégies, de contre-stratégies, du bonheur pour le lecteur ! En plus, la série est finie, ne se compose "que" de 31 volumes et a une fin bien trouvée qui dénote des schémas habituels.

Mention spéciale aux derniers volumes qui font presque un paradoxe temporel. En effet, chaque tome divise par deux le temps du tome précédent. Genre le premier fait la moitié du matche, le suivant, le troisième quart, le suivant quelques minutes, etc, jusqu'au dernier qui arrive à tenir sur... 1 minute. Un truc de malade qui passe comme une lettre à la poste et qui rend fou le lecteur à la fin de chaque tome. Ce dernier match est vraiment l'apothéose de la série, tant les personnages évoluent énormément et rapidement dans cette partie. un match mythique, digne de figurer dans les annales des shônens.

Donc, c'est évident, je plussoie Slam Dunk à 100%
Surtout quand on voit la qualité des travaux de l'auteur. (oui bon, là c'est encore plus beau que dans le manga et pis ça parle samouraï et pas basketteur. Mais quand même !)

En série plus récente de l'auteur, il y a le classique Vagabond qui raconte l'histoire de Miyamoto Musashi ( note pour môman si tu arrives jusqu'ici : tu sais qui c'est au moins ou faut que je colle un EPM ? :)  ) et il y aussi Real qui parle de basket (il est fan de basket, c'est logique :p ) mais cette fois-ci, en mode... Handisport. On ne peut que saluer l'initiative même si la sortie de ce dernier est complètement aléatoire du fait que Vagabond consomme tout son temps.

On peut aussi remarquer que sur son site web, on peut consulter une vieille série à lui. Qui a donné à un anime désastreux d'après ce que j'ai ouï dire.

Enfin, il fallait bien qu'il fasse ses armes dans sa jeunesse.

En tout cas, entre Slam Dunk et Vagabond, Inoue se pose vraiment en maître du dessin (même si je sais que certains commencent à détester Vagabond, c'est trop calme ^^ ).

Donc pour commencer avec lui, je recommande Slam Dunk. Pourquoi lui plutôt que Real ou Vagabond ? Passque Vagabond est bien plus digeste niveau longueur et pas près d'être fini, et quand à Real, ben, ça avance pas des masses et y'a pas eu beaucoup de basket pour le moment. Dans le cas de ce dernier, on est plus dans le cadre d'un slice of live avec un furyô qui tente de se racheter plus ou moins. Bref, là aussi, c'est assez particulier, alors que Slam Dunk est bien plus abordable.

Dans tous les cas, c'est approuvé par mes mimines! \o/

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Lunch 22/04/2009 09:57

Salut Corti ;)
En voilà un bel article sur mon héro préféré. C'est pas pour rien que j'ai repris le nom dans un jeu que tu connais bien (même si le personnage à évolué différemment :P)
J'adore Slamdunk, Sakuragi est vraiment adminable (un lapsus que je viens d'écrire mais qui correspond à 99%) de témérité et de connerie. Quand on lit Slamdunk on peut pas s'empêcher de rire devant ses interventions, ses failles, ses paroles, ses confrontations avec Rukawa ou divers adversaires. Et puis y'a les matchs où on sent vraiment cette tension exaltante. C'est vraiment comme ça en vrai : je fais du basket et franchement c'est un régal quand les matchs sont serrés, avec de l'intensité physique comme ça et tout.
Ah, pour info, les lancer francs c'est donné à haut niveau parce qu'en bas de divisions c'est pas toujours le cas ;)
Par contre la tactique et les contre tactiques, les systèmes de jeu, ça ça existe à n'importe quel niveau.

Je t'ai dit que j'avais réussi à chopper le maillot de Sakuragi sur le net ? :)

Sinon, Inoue est l'un de mes mangakas préférés : Real est une merveille, et tu l'as bien résumé. C'est plus le côté psychologique qui est travaillé là avec le handisport.
Quant à Vagabond, trop calme ? O_o Non franchement, l'évolution du personnage, au départ psychopathe et finalement de plus en plus réfléchi, c'est bon ça. On voit son comportement changer au fur et à mesure qu'il vieillit, au fil des lectures, au fil de ses rencontres. Il s'aguerrit en permanence. Ce qui ne l'empêche pas d'aller au carton aussi de temps en temps et de se faire tout un clan à lui tout seul :D
Que du bonheur !

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 22/04/2009 14:48


Ca, c'est du cri d'amour ! :)

Pour Vagabond, j'ai un sacré paquet de tomes en retard aussi. Et je trouve ça plus calme au niveau de la narration. C'est bien plus posé avec de graaaaaaaandes cases de méditation, etc. Pas de ça
dans SD.


Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories