Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 21:58

Je suis en retard de 48h. Pas bien. Mais bon, entre le froid, la neige, Noël qui approche, c'est trop pas évident de bloguer tranquillement. J'ai failli ne pas voir le film d'ailleurs. Mais bon, fallait bien égayer une journée qui avait été pas tip-top. Ou, au moins, trouver un intérêt à ce jour de congé pris à cause de la neige et qui n'avait pas encore été rentabilisé. Sans compter que ça serait stupide de ne pas profiter de la mansuétude de Disney qui avait rajouté une projo presse en dernière minute pour les gens du web. Ca serait cool s'il le faisait aussi pour Tron : L'héritage. Mais je rêve là. Enfin bref, une fois bien assis dans mon fauteuil au premier rang, le film s'est lancé. Sans pub. Sans BA. A l'heure. C'est cool.

 

 

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/01/13/19597854.jpg

 

 

Ainsi le film démarre sous un large ciel bleu tandis qu'une sorte de mélopée celtique résonne... Attendez une mélopée celtique ???

[Hors Sujet]

Ben ouais. Une française bretonne s'est retrouvée à faire la musique de ce Ghibli. Dixit le petit carnet -aka le dossier de presse que l'on va appeler le TPDD par la suite parce que totalement romancé par mes soins- qui accompagnait la projection, cette bretonne a tout simplement envoyé son CD à Ghibli, parce qu'elle kiffe Ghibli pour leur imaginaire et tout et tout.  Quelques jours plus tard, à l'autre bout de la planète, Toshio Suzuki, avec une canne de golf, se prépare à faire le tri dans les 1564321564 CDs qu'on lui a envoyé. Sa technique est simple : tout CD capable de faire un PAR mérite d'être écouté. On ne déconne pas avec la qualité du matos et surtout, sa capacité à aller dans un trou carré. 

Pourquoi tant de haine ?

Parce qu'il en a marre qu'on le spamme d'enveloppes de CDs qui sont toutes impersonnelles. 'té, chez Ghibli, on fait de l'imaginaire, et lui, il ne bouffe que des enveloppes préformatées.

1434321500 essais plus tard, bien peu de PAR. Désespéré devant tant d'échecs, sa main se tend, prend  une enveloppe et son geste se fige soudain. Un torrent d'émotion le parcourt tandis qu'une simple larme goutte de son oeil humide. Les rayons du soleil s'embrasent d'un rouge profond agrémenté d'un jaune d'or, le couvrant en cet instant d'émotion, tandis que derrière lui, surgissant de nulle part, une puissante vague marine explose, envoyant son écume  couleur lait vers un ciel pur, lui dessinant de petits nuages. Sous sa projection, le liquide bleu libère alors une multitude d'embruns, qui, jouant avec les rayons du soleil, font naître un puissant arc-en-ciel éthéré qui entoure Toshio d'une arche protectrice. Les filets d'eau venant mourir aux pieds de Toshio font alors naître quantité de plantes aux senteurs nuancés et aux couleurs bariolés. Il n'y a aucun doute à avoir, cet enveloppe vient de faire connaître à Toshio l'origine du 10ième sens : l'éveil du Bouddha.

Et qu'a-t-elle de particulier cette enveloppe ? L'adresse de Ghibli a été écrite à la main. Un tout petit détail... Mais un détail qui va attirer Toshio et provoquer une chose inimaginable pour Cécile Corbel : se retrouver à composer la musique d'un Ghibli.

La morale de tout ça ?

En dehors du fait que les Bretons sont des génies surdoués (raison première de l'alcoolisme et des suicides bretons par ailleurs. On est trop intelligent, on s'emmerde du coup) capables de tout tant qu'ils ont pour supérieur d'autres bretons ou pas de supérieur (sinon, ça donne Trafalgar), la conclusion est sans appel, écrivez vos lettres de motivation à la main en vous appliquant. Dans ce monde formaté qui ne tourne qu'en Arial, Comic Sans Ms, Times New Roman et autres polices d'écriture, ce genre d'efforts est toujours apprécié. Et même si vous êtes un incroyable patâchon comme moi, vous pouvez écrire un truc présentable. C'est sans nulle doute, la leçon de vie la plus intelligente  qui soit liée au film.

Ah oui, le film, au fait.

[Fin du Hors Sujet]

 

 

La mélopée nous porte vers la campagne, s'éloignant de la ville... Pas de doutes, on est bien dans un Ghibli. Le réalisateur est cette fois-ci Hiromasa Yonebayashi, le Maître Miyazaki se contentant de travailler principalement le scénario. Vous ne connaissez pas Hiromasa ? Normal, c'est son premier film. Quand à sa qualité, il suffit de savoir que c'est lui qui a fait la scène où Ponyo court sur les vagues pour comprendre qu'il devrait être plutôt doué en animation (merci TPDD pour l'information). Reste à savoir s'il a la carrure pour faire un film.

 

Et bien... Ce ne sera pas mon Ghibli préféré, c'est sûr. Mais ce ne sera pas non plus le Ghibli que j'apprécie le moins ( qui est... Totoro. Oui, je sens que certains ont certaines réactions derrière leurs postes. Mais, un Ghibli, c'est bien par défaut. Donc, c'est pas si dramatique que ça). Disons que je l'ai trouvé ça un peu trop "sucré". Les Ghiblis sont plutôt des films calmes certes, avec un côté enfantin qui cache sans doute des messages intelligents, mais ils savent  aussi jouer avec des scènes d'action ou de tension qui, même si elles sont courtes, sont intenses. Là, j'ai trouvé que ça manquait un peu de ce côté-là. C'était trop calme, trop prévisible quelque part. Y'avait bien la scène avec le chat, trèèèèèèèès courte ,ou avec le corbeau qui a une bonne tête de vainqueur, mais... Bref, ça manquait de peps. Je suis sûr qu'il y avait moyen de caser une autre ch'tite scène action vu la durée du film (1h34). Genre Spiller, qui combat héroïquement. Parce que Spiller, c'est un warrior vainqueur ! \o/

Je suppose que l'absence de ce genre de scènes, est une façon discrète de montrer la faiblesse des personnages. Quand on fait la taille d'un pouce, même un rat est dangereux et on l'évite. De ce fait, il y avait peu d'animaux contre qui combattre. Remarque, ils auraient pu ressortir la classique araignée pour ce genre de situation. Mais ça n'aurait pas cadré avec le contexte du film, je le reconnais, où tous les animaux sont plutôt "mignons". Je vois mal un araignée dans ce cas-là, sauf si elle s'appelle Charlotte. Donc, l'absence d'action est justifiée du fait qu'une partie des héros est incapable de combattre et que le contexte ne pousse pas à l'action, mais bon, je dois reconnaître que ça m'a un peu manqué.

 

 

belle-moustache.jpg

 

 

Au niveau des personnages, Arrietty est sympathique, mais comparée à ses aînés comme Nausicäa ou Mononoke, elle ne brille pas particulièrement en terme de force de caractère, de même, qu'elle n'attendrit pas aussi bien que sait le faire Chihiro. En fait, elle est sans doute plutôt proche de Sheeta du Château dans le Ciel.

Par contre, le personnage de Shô m'a plus plu, surtout pour un passage, où il montre vraiment un côté sombre. Son échange avec Arrietty à cet instant, est sans doute l'un des passages les plus intéressants du film, où on voit le héros parler de façon vraiment très crue et dure, sans aucune compassion. Ch'sais pas si c'était moi, si je faisais mon emo ou quoi, mais j'ai été un peu surpris par la violence verbale de la scène. Aucune sympathie le type. C'est pour ça que j'ai pu l'apprécier.

Bon, par contre, ça serait bien d'évoluer un peu au niveau du chara-design quand même. Car avoir les mêmes gueules pour le héros et l'héroïne depuis 10 films, ça commence à être un peu gavant. J'ai eu l'impression qu'il y avait une évolution en fond au niveau de certains personnages secondaires ou la gueule du corbac, mais je me fais peut-être une fausse idée. En tout cas, il est clair que Ghibli est un peu obligé de rentrer dans une période de transition. Avec Miyazaki qui se met de plus en plus en retrait (même s'il reste encore présent, faut pas déc'), il va falloir que le studio se trouve de nouvelles marques. Ca se dessine petit à petit, reste à voir ce que ça donnera dans le futur. La bonne question est de savoir comment Ghibli va gérer l'héritage de Miyazaki. Pour l'instant, il y a quelques pistes, mais rien de bien définitif et rien de convaincant.

 

 

Concernant l'histoire... Disons que c'est une version un peu plus sérieuse et moderne des Minipouss même si ces deux n'ont pas le même matériau originel (le livre "The Borrowers" de Mary Norton pour Arrietty et "The Littles" de John Peterson pour les Minipouss). C'est peut-être une des raisons qui font que le film ne m'a particulièrement transporté. Il n'y avait pas vraiment de surprise de la découverte. J'étais en terrain trop connu, après tout, "Chéri, j'ai rétréci les gosses" est aussi déjà passé par là, il y a fort longtemps. Mais là où ce dernier et les Minipouss offraient de l'aventure,  exploitait les possibilités de ce monde, Arrietty reste sage, trop sage. Oh, il surclasse ces derniers dans bien d'autres domaines, ne serait ce que la recherche de la décoration des "petites" maisons, les bruitages parfaitement calibrés, la gestion de l'eau qui montre que Ghibli est très loin d'avoir bâclé son travail, mais...

 

Voilà quoi. Il manque un petit plus pour que je le chérisse d'avantage.

 

 

 

 

 

J'ai été globalement négatif dans ma critique, mais on parle d'un Ghibli là quand même. Du coup, faut bien avoir la dent un peu dure pour le comparer avec ses aînés et avoir un niveau d'exigence élevé. Mais ça reste un (très) bon film agréable à regarder et on ne s'ennuie pas devant. Il lui manque juste un petit grain de folie pour qu'il monte au niveau au-dessus, mais, en soi, je n'ai pas été déçu de le voir. Tant pis.

 

Ch'suis quand même vachement content de l'avoir vu ! \o/

 

 

 La bande-annonce d'Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs.

 

Bon, ce we, pour me mettre dans la thématique de Noël, je feras un article sur les derniers films pour enfants que j'ai vu. Il sortira sans doute le dimanche soir.


Et, c'est là que je me dis que j'aurais dû en profiter pour changer de papier pein en fond du blog. Ca ne lui ferait pas de mal.

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Gen' 24/12/2010 11:46



Wow, avoue que t'as carrément pris ton pied en écrivant ton HS, surtout le passage avec l'arc-en-ciel et les embrumes nacrées là, ça sent la jouissance à des kilomètres à la ronde, c'est beau.
J'ai même l'intime sensation que l'écriture a été guidée par l'écoute prolongée des musiques de Cecile Corbel, comme si tu avais juste laissé tes doigts danser sur ton clavier. Ça me fait tout
bizarre, parce que si j'ai l'habitude de me laisser aller à de telles envolées, j'ai rarement l'occasion d'en lire. Merci pour cette petite minute à toucher le paradis du bout des doigts, j'ai
presque envie de me sauvegarder le bout de texte pour me le relire de temps en temps.


"Et bien... Ce ne sera pas mon Ghibli préféré, c'est sûr. Mais ce ne sera pas non plus le Ghibli que j'apprécie le moins ( qui est... Totoro. Oui, je sens que certains ont certaines réactions
derrière leurs postes. Mais, un Ghibli, c'est bien par défaut. Donc, c'est pas si dramatique que ça)."


Donc tu veux dire que Totoro est quand même bien placé même s'il est tout en bas de l'échelle Ghibli ? :p Ce qui est plaisant dans ce film, c'est justement ce côté moins fantaisiste, Miyazaki
avait fait le pari de présenter le quotidien traditionnel japonais comme un monde fantastique à part entière auprès du public nippon plus urbain (ça se voit très bien au niveau des créatures
fantastiques, qui renvoient aux yokaïs domestiques protecteurs des foyers, lieux de culte, etc, une sorte de "rééducation spirituelle", avec en plus l'esprit de famille qui va avec), c'est à
cette redécouverte induite que le film doit son succès au Japon alors qu'il est moindre à l'étranger, où on aura retenu des films porteurs d'un message plus universel.


Sinon, nous vivons dans un monde injuste, seuls quelques nantis ont accès au film avant l'heure tandis que les autres devront patienter et faire la queue au premier cinéma qui voudra bien
diffuser le film (pour du vost, c'est encore plus laborieux). Il m'a l'air d'être plus fédérateur que les derniers Ghibli, en tout cas, ou au moins d'accueillir des avis plus unanimes :)



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 25/12/2010 21:34



>>Donc tu veux dire que Totoro est quand même bien placé même s'il est tout en bas de l'échelle Ghibli ? :p


C'est exactement ça :D. Et merci pour les précisions dessus.


Et merci pour avoir apprécié mon envolée lyrique, je dois reconnaître que j'y ai pris du plaisir vi. Faudrait que j'en fasse plus souvent, mais bon, faut que l'inspiration soit là :)


Mais j'avoue que pour le coup des projos presse, c'est juste la joie que je me sois retrouvé dans ce genre de truc :)



Manah 23/12/2010 17:05



En fait, le Corny il aiume pas trop le thé mais il respire beaucoup d'air... ^^


Bon sinon, je suis jaloux : t'as choppé une carte presse ou quoi pour le voir en avance ? /me doit attendre encore 3 semaines... :'(



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 23/12/2010 17:18



Ouh, tu as la forme là !


 


Et c'est de leur faute à eux : http://fr.waytoblue.com/


Ils m'ont mis le grappin dessus à cause du blog de marjoliemaman à côté je suppose. J'aurai été fou de refuser leur propal' :p



FFenril 23/12/2010 14:11



Puisque tu m'as demandé pourquoi je gardais le titre en japonais sur mon article, je peux te demander pourquoi tu t'acharnes à vouloir écrire "Arrietty" en ne mettant qu'un seul T ? :) Surtout
que tu as l'affiche avec le nom en gros en plein milieu de l'article quoi ^^



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 23/12/2010 17:16



OH FUCK !


Plus les boulettes sont grosses, moins on les repère !


Merci de me l'avoir fait remarquer, je file corriger ça o/



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories