Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 20:39

Comme toujours, quand j'ai la flemme de faire un article dédié à quelque chose de particulier, rien ne vaut un petit article construit avec des liens glanés ici et là.

 

Ca serait mieux si j'avais une trame de fond, certes. Ca donnerait une jolie consistance au tout. Mais ce n'est pas toujours évident de trouver un thème. Je pourrais vous dire que je sais que j'ai vieilli parce que maintenant, quand je vais au McDo, je ne prends plus de MAXI Best of, mais juste des Best of (bon, en contrepartie, je me prend plus de "sandwitchs" (oui, ça me semble toujours bizarres d'appeler ça des sandwitchs, mais c'est comme ça).

 

Mais je pourrais tout simplement parler de la violence. Oh, pas celle du figaro qui nous sort du "OMFG, les écoles deviennent de plus en plus dangereuses chaque jour, c'est affreuuuuuuuuuuuuxxxxxxxxx !!!" parfois, non, non. S'il faut parler un peu de la violence, autant le faire proprement même si je n'ai pas de quoi faire un long article (oui, la taille de l'article est conditionné au nombre de liens que j'ai sous la main et là, y'en a pas des masses, le retour du we de Pâques semble avoir été douloureux pour nombre de personnes.

 

Car finalement, la violence peut prendre des formes marrantes. Elle peut être parfaitement stupide et faire rire. Parfois, elle peut se passer de manière fourbe. Ou prendre la forme d'une attaque morale. Voire d'une attaque financière. Et je ne parle pas du fait qu'avoir un petit côté dérangé peut être assimilé comme de la violence par d'autres. Bien sûr, la plus connue reste la violence physique (yep, c'est la fête au Kirghizistan en ce moment). Mais la plus dangereuse restera celle qui s'en prend à votre cerveau à vous en rendre malade et que vous en redemandez.

 

Mais la violence a des vertus positives. Je ne parle pas forcément du soulagement produit par une frappe, mais par les contre-réactions qu'elles provoquent. Ainsi, si votre travail vous fait violence, cela vous poussera à trouver un échappatoire à ce travail de manière discrète. Un acte de rébellion sain. Dans un registre plus sérieux, le fait de voir des personnes victimes de violence poussent les gens à trouver des solutions pour les aider. Même si notre société a tendance à réprouver la violence en tant que telle, on peut s'apercevoir que c'est justement par la volonté de combattre la violence -ce qui est en soit un acte de violence- que l'être humain finit par s'améliorer ou améliorer le sort de ses proches. C'est quelque chose que l'on oublie souvent, préférant crier haro sur la violence quand elles montrent le bout de son nez.

 

Le seul et vrai danger de la violence, c'est que la capacité de l'être humain (enfin, plutôt à cause de la plasticité de notre cerveau, il sait trop s'adapter ce fourbe... L'a beau avoir 5 000 ans de retard sur notre situation actuelle, il se débat bien le fourbe. J'y peux rien, c'est ainsi, c'est scientifique) à s'adapter à son environnement, outre le plaisir qu'elle procure qui peut être addictif. On peut facilement plus facilement rentrer dans des codes violents que l'on pourrait le croire. Le plus grand danger de la violence repose donc tout simplement la capacité d'accoutumance de notre cerveau à cette dernière.

 

Tout ça pour dire que j'ai encore maté un film de zombie et que ça a été jouissif, comme d'habitude ! :p

 

Ce dernier,  Zone of the Dead (dispo sur la VOD d'Orange, et je trouve la critique un peu dure quand même ^^ Mais bon, faut bien linker autre chose que allocine parfois), est un film espagnol-italien-serbe qui parle de... Zombies. Passque les zombies, c'est le bien ! Ca permet de faire des titres pas trop compliqués en plus.

Je pensais que ça allait être un truc moyen, mais au final, il s'est révélé être pas mal du tout. Les poncifs du genre sont bien gérés tout en offrant quelques nouveautés par rapport à ce type de films (la séquence final change un peu par rapport à ce que l'on voit d'habitude, ce qui ne fait pas de mal, le souci, c'est que j'ai trouvé que la mise en scène ne lui rendait que moyennement justice et le type attentif remarquera des détails plaisants (du genre, la bonne vieille référence à un des films de Romero)). J'ai particulièrement apprécié le fait qu'il y ait au moins de deux types de zombies (un pote au Crimson Zombie :p). Ca change un peu du coup. Ah, et le psychopate aussi. Culte.

Les amateurs de films de zombie peuvent y aller sans coups férir. D'un autre côté, je me demande si ça existe les films de zombie pourrie, j'en ai jamais vu un que je trouverai chiant, j'en ai toujours pour mon compte. Dead Snow était marrant dans le genre lui aussi avec des passages qui sont un peu du grand n'importe quoi. Bon, ils ne sont pas exceptionnels tous les deux, mais ils remplissent parfaitement leur quota de films de zombie à budget limité sans que l'on puisse crier à l'arnaque.

 

Mais finalement, la chose la plus intéressante n'a pas été ce film, mais plutôt le parallèle que j'ai pu en faire avec cet article. Car si celui-ci est négatif par rapport à la culture européeenne mainstream, ces deux films sont finalement rassurants et prouvent que les réalisateurs européens peuvent parfaitement intégrer le mainstream américain et en tirer leur propre souffle. Même si elle a un peu de retard, l'Europe a largement de quoi produire des oeuvres mainstream. Il suffirait d'une petite mutualisation de moyens ce qui se fait déjà petit à petit, et l'Europe en aurait de quoi remonter aux américains. Donc du coup, je ne suis pas aussi négatif que l'auteur du bouquin. Je pense qu'il faudrait plus un coup de pouce (outre le fait de mettre la main sur un héros potable qui plaise à la majorité des téléspectateurs et pas un truc ethnocentré comme peut l'être OSS117o u Astérix) et on aurait un bon résultat, j'en suis convaincu.

 

Bon allez, une petite pensée mignonette qui me semble approprié pour finir cette article foutraque et qui n'a rien à voir avec le sujet :

 

"Si parfois, tu te sens petit, inutile, démoralisé ou dépressif, n'oublie jamais que tu as été un jour le spermatozoïde le plus rapide de la bande... Et oui, avant d'être chêne, il faut être gland !"

 

Bon allez, à la bouffe.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Ecrits Sans Sens
commenter cet article

commentaires

locogitatio 09/04/2010 20:16



Corti => Sait - t - on jamais ! Passer à coté d'un film aussi démentiel serait dommage !


Perso mon expérience de film de zombie est relativement limité, celui que je retiendrait entre tous c'est : 28 jours plus tard qui est un film énormissime, sa suite étant moins bonne mais pas
forcément à jeter.



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 10/04/2010 20:44



Vi, tu as raison de le faire pour le "au-cas-où" !


 


28 jours plus tard, j'ai bien aimé aussi. Mais je ne le considère pas trop comme un film de zombie dans le sens où ces derniers sont super-speed. Plutôt un truc de mutants. Ce qui n'enlève rien
au plaisir du film.


 


"M'sieur le prêtre ? Vous allez monsieur le prêtre ? M'APPROCHEZ PAS MONSIEUR LE PRETRE !!!"


*SPROTCH*


 


(bon, je devais faire un article aujourd'hui, c'est raté... Tâchons de le faire demain... o/)



Kayn 09/04/2010 09:14



J'avoue que l'intérêt des films d'horreur en général et des films de zombie en particulier m'a toujours échappé ^^' Quand tu te demandes s'il existe des films de zombie chiant, dis-toi bien qu'il
existe des gens qui se demandent également s'il existe des films de zombie qui ne le soient pas


Sinon, le fait que tu ne prennes plus de Maxi Best Of au MacDo n'est pas la preuve que tu vieillis mais que tu mûris. Avant, tu te gavais bêtement avec une grosse portion de frite et une grande
boisson. Mais avec ta sagesse grandissante, tu as pris conscience que le salut était dans le BigMac, pas dans la frite. Je connais bien des gens plus vieux qui n'ont pas saisis cette vérité
fondamentale.


 



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 09/04/2010 19:36



Ouais ! BIG MAC EN FORCE !!!!


Concernant les films de zombie, j'ai été traumatisé par le premier film de Romero que j'avais dû voir à 5/6 ans (déjà que j'avais peur de Gremlins et que, plus tard, j'ai dû regarder six minutes
de Ghostbusters 2 au ciné, c'est dire que je n'étais pas un grand courageux ^^" ), donc maintenant, il n'est pas improbable que je me venge de ce genre de films qui me font rire alors qu'ils me
faisaient peur avant.


 


C'était ma réflexion philosophique du jour ! o/



locogitatio 08/04/2010 14:21



Regarde Shaun of the dead !



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 09/04/2010 19:32



Déjà vu, tu te doutes bien ! ;)



Natth 07/04/2010 23:00



En film de zombies, j'en ai vu un récemment sur CinéFX, la chaîne à nanars par excellence... Un qui m'a un peu surpris. Ca s'appelle "Des zombies dans l'avion" et, comme son titre l'indique, tout
le film se passe dans un avion. En vol. En gros, inutile de courir, les zombies seront toujours tout près. Je ne peux pas dire que ce titre soit exceptionnel, mais je l'ai trouvé plutôt prenant
pour un film de zombies. Au cas où tu ne connaîtrais pas : http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/dossiers/des-zombies-dans-l-avion-plane-dead-4983296-760.html



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 08/04/2010 06:40



Ouh, ça a l'air bien sympathique ça !



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories