Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 17:04

J'ai enfin reçu ce petit booklet (ch'sais pas dans quoi le classer donc il hérite de ce nom) qui a mis son temps à arriver après la commande. C'est sa faute si j'ai arrêter de bloguer pendant trois semaines car j'ai eu un coup de flemme et je me suis dit que je me remettrais à bloguer quand je l'aurai reçu. Pis finalement...

 

Globalement, il est plutôt pas mal. Il faut dire que je ne suis clairement pas le genre à m'intéresser par défaut aux noms des réalisateurs, aux vies des studios et tout ça. Limite, je m'en fous à part quelques noms qui me semblent incontournables (par exemple comme Shinichiro Watanabe et Yoshiaki Kawajiri).

Du coup, j'ai appris pas mal de trucs. Le mag est une jolie review de tout ce qu'a pu faire la Gainax ces 25 dernières années, s'intéressant aussi bien aux produits qu'au staff et j'ai eu quelques bonnes surprises (ah, tiens, Gonzo a été fondé par des types de la Gainax, ah ben non, je ne savais pas, plutôt, j'ai dû le lire une fois et mon cerveau a foutu cette information dans la corbeille :p ).

 

kamina.jpg

 

Au niveau de l'impression, il n'y a pas grand chose à dire. Le papier est de bonne qualité, la couverture semi-rigide est un plus, les couleurs rendent bien et les lettres ne bavent pas. Ca fait plaisir d'avoir une telle qualité d'impression, au moins, on n'a pas l'impression qu'on s'est fait arnaquer à l'achat (surtout que dans notre cas, on ne pouvait tester la chose qu'après l'avoir acheté).

 

Sur le contenu, le mag est divisé en trois parties. La première se concentre particulièrement sur le studio en lui-même (historique et présentation du staff), la deuxième sur leurs multiples productions (j'aurai pas cru qu'il y en avait autant) et en fin, une partie "omake" (bonus quoi).

J'ai bien aimé la première partie, on sent bien que le ou les rédacteurs ont fait attention à bien retranscrire tout l'historique du studio ainsi que toutes les péripéties qu'ils ont pu traverser depuis lors création. Personnellement, je n'aurai pas pensé qu'il y ait un tel turn-over dans cette boîte. Ca n'arrête pas de partir, de revenir, de repartir et j'en passe XD

Du coup, quand on n'a pas trop la mémoire des noms comme moi, on s'y perd un peu. Ca a cassé un peu ma vision du studio car j'en avais une vision bien plus monolithique et que l'équipe était plus soudée, moins "ouverte" que ça. Mais en fait non, tout le monde part bosser chez un peu tout le monde en fait. Naïf que je suis ! o/

Après une page consacrée à la filmographie, cette première partie se termine sur la présentation de douze personnes du staff, tous personnages-clé à vue de nez. Si on s'y perdait un peu dans la partie historique sur les noms, c'est l'occasion de s'y retrouver vu que l'on suit le parcours d'un personnage à la fois. On apprend des choses qui font sourire parfois (genre : tiens, il a bossé sur Suikoden Demon Century (j'étais persuadé avoir écrit une critique de cet anime moi, mais apparement non, encore un truc à faire Y_Y ) lui ? C'est forcément un gas bien !). Le seul défaut que j'ai trouvé à cette partie, c'est l'introduction des cofondateurs de la Gainax. Car ça part un peu en cacahuète vu qu'à chaque nouvel personnalité qu'on aborde, ça donne du "machin a rencontré truc et confondé la Gainax", puis à la personne suivante du "truc a rencontré chouette et a confondé la gainax" et à la suivante "chouette a rencontré marcel et a cofondé la Gainax". Au final, on renonce à piger qui a fait quoi avec qui.

Ceci dit, ça reste plaisant.

 

kamina_2.jpg

 

La deuxième partie se concentre sur tous les produits du studio (et y'en a !!!). Du coup, c'est plus une review rapide de chaque truc de 2/3 lignes à chaque fois. C'est suffisant pour situer l'oeuvre et en avoir une idée globale, mais ceux qui souhaitent avoir des avis poussés devront passer leur chemin. En tout cas, si un autre mag' devait paraître, ça pourrait être intéressant de creuser plus cette partie en dégageant des thématiques communes entre les animes et en proposant des critiques plus poussées (et qui ne soient pas trop dithyrambiques, cela va de soit).

C'est une partie qui fait sobrement le point sur les preduits. Et y'en a pas mal, vu que cette partie est la plus grosse du bouquin.

 

La dernière partie regroupe les crédits, un glossaire, les produits sortis en France et, le plus intéressant une interview. J'ai tendance à avoir la dent dure envers ces dernières habituellement, mais celle-ci est plutôt bien passé. Je devais être dans le "mood" suite à la lecture du reste du mag'. En tout cas, ce qui en ressort clairement, c'est que Anno - bien qu'il n'ait pas été interviewé - a vraiment l'air d'être pire qu'un bulldozer en furie. Je le savais déjà, mais l'interview a rendu la chose plus prégnente. J'ai bien aimé les réactions finales suite à la dernière question qui conclut finalement le bouzin sur une touche d'humour (personnellement, j'aurai tendance à ajouter que si les américains veulent faire un film Evangelion live, Anno va certainement vouloir s'en mêler... Et Anno et des américains qui travaillent ensemble ... ? Le film ne risque pas d'exister avant loooooooooooongtemps).

 

Quelques défauts pour finir :

- il y a quand même d'affreuses coquilles qui traînent ici et là et c'est franchement dommageable (entre autre "Garageb" ou "innatendu") car ça casse la propreté générale. La prochaine fois, il serait de bon goût d'insister un peu plus sur l'orthographe. Car dans le cas des coquilles les plus grosses, ça en fait mal aux yeux. Je ne suis pas un Grammar Nazi mais je suis certainement moins tolérant sur les fautes présentes sur un support papier que sur le net (logique, on peut pas éditer le papier...), du coup, j'ai un peu de mal à les laisser passer. Surtout pour les grosses qui peuvent être évitables.  Un point à surveiller.

- certains trouveront que le mag' a un côté un peu trop didactique. Tout est carré, bien présenté, qu'il n'y a pas de folies dans la mise en page, etc. L'un dans l'autre, ça ne gêne pas spécialement. Je préfère avoir ça qu'un truc foutraque bardé de passion. Là au moins, y'a pas eu de mensonge sur le contenu.

- Allez savoir pourquoi, pour les cartes offertes, j'étais persuadé que c'était des trucs de la taille des carte postale moi :p

Ah ben non, en fait, ce sont des cartes de la taille des cartes à jouer/cartes téléphoniques. Donc forcément, petite déception sur le coup, mais je ne peux que m'en prendre à moi :p

 

Globalement, je suis donc plutôt content de ce booklet/mag. Et s'ils en sortent un autre un jour, il est fort probable que je m'achèterait la suite.

 

Et pour finir, un peu d'humour :

 

pic46704

(Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand)

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories