Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 08:38

Il y a quelques temps, une vidéo qui recompilait les "repompes" dans les génériques d'anime a pas mal tourné. L'auteur voulait montrer comment les génériques se plagiaient entre eux.

 

Sauf qu'à mes yeux, ce n'est pas vraiment du plagiat. Les génériques d'ouverture ont toujours  été un produit d'appel pour l'anime proprement dit. De ce fait, il doit tout faire pour capter le chaland ou plutôt, pousser le spectateur à regarder l'anime, là où le générique de fin peut se permettre de garder plus de souplesse et être un passage plus libre (quoique, il est bien enfermé dans un carcan lui aussi, mais pas dans le même, la conséquence la plus évidente étant le fait que le nombre de génériques de fin est très supérieure au nombre de génériques de début, ce qui a tendance à prouver que ces derniers nécessitent plus d'attention pour sa réalisation).

En somme, les génériques d'ouverture sont plus dans une démarche marketing qu'autre chose, et si certaines ficelles reviennent aussi souvent, c'est surtout parce qu'elles marchent. Ca ne m'étonnerait guère que des types ont mené des tests pour vérifier quelles images accrochaient le plus le public et que les financiers des boîtes de prod' réclament la présence de ces dernières. En fait, accuser ces génériques d'anime de plagiat, c'est un peu comme accuser les bande-annonces de film de se plagier entre elles, ou du fait que les marques utilisent les mêmes ficelles marketings pour se vendre ou, tant qu'à faire, dire les prostituées se copient à porter des mini-jupes pour attirer le client. :)

 

Mais intéressons-nous donc à la partie la plus intéressante de la chose, la première chose qui m'est venue à l'esprit quand j'ai vu ces images : pourquoi est-ce que ce sont celles-ci particulièrement qui sont reprises ?

 

Avant même de répondre, notons quand même un biais intéressant : ce sont majoritairement des animes grand-public typé ado qui sont majoritairement compilé dans cette vidéo. Il est probable que si le spectre avait été bien élargi, les effets du "plagiat" se feraient moins ressentir. En gros, c'est un peu comme si on ne prenait que majoritairement les bande-annonces de blockbuster américains qui font BOUM-BOUM.

 

Autre point : les raisons que j'avance pour justifier l'emploi de telle ou telle image ne relève pas d'une étude aboutie et tout et tout, ni le fait de sources croisées. C'est plus un entrelac d'évidences et de raisonnement personnel. Je n'ai pas grand chose pour étayer mon point de vue. Disons que l'idée est de voir sur quoi veulent jouer ces images.

 

 

Commençons par la remarque de l'auteur, qui signale que les personnages qui marchent sont le plus souvent à gauche. J'aurai tendance à ajouter que les personnages auront aussi tendance à courir de la droite vers la gauche sur l'écran plutôt que de la droite vers la gauche. Pourquoi cette visée sur le côté gauche ? La piste qui me semblerait la plus crédible imputerait la faute... A notre cerveau. En effet, de manière très grossière, on peut considérer que la partie gauche de notre cerveau est à tendance analytique. Tandis que la partie droite est plus irrationnelle (oui, c'est honteusement abusé de réduire le cerveau à ça, mais c'est pour donner une indication globale). Et notre cerveau étant un truc super-logique, ce qui est perçu par le côté droit est analysé par le côté gauche, et inversement. Et donc, faire courir les personnages de droite à gauche ou les mettre du côté gauche de l'écran, va plus solliciter le côté gauche de notre champ visuel, et donc la partie droite et donc... Notre imagination. En fait, c'est un moyen de pousser notre cerveau à l'irrationnalité future qui va poindre dans l'anime qui va suivre. Déjà, on sollicite plus notre imagination que notre sens raisonnable. C'est sûrement la raison qui fait que les persos marchent à gauche. Ou qu'ils courent vers la gauche.

 

 

Maintenant, on va pouvoir commencer la série des trucs d'appel plus basiques, avec de la réflexion et des causes moins poussées, car c'est bien connu, autant ce premier cas n'était sans doute pas voulu et est un contre-coup de l'inconscient des dessinateurs, autant les autres... :

 

La caméra qui part vers le ciel ou on voit des persos juste avant  : Bon là, il n'y a pas grand mystère, c'est histoire de dire : "Ô regardez ce beau monde avec un beau ciel bleu ! Ca a l'air cool comme coin, viendez chez nous ! Au moins, la température a juste l'air idéale !". On peut aussi y rattacher le coup du soleil qui passe à travers les arbres.

Notons quand même, que pour un anime qui se déroule dans un univers un peu sombre, c'est le schéma inverse qui sera privilégié : c'est-à-dire que l'on partira d'un ciel gris et pluvieux (avec éclair et grand méchant en arrière-plan en option) et la caméra descendra vers le héros qui se dresse contre ce monde triste, rayon de lumière qui va sauver la terre. Les deux procédés quasiment semblable, ont pourtant des objectifs différents : dans le premier cas, on va essayer de vous vendre l'univers, dans l'autre, on essaiera de vous vendre la détermination des héros. Mais cela n'interdit pas que ces deux procédés soient utilisés dans le même générique s'il y a suffisament de temps de latence entre les deux utilisations. Un temps trop court laisserait une mauvaise impression, le public aurait alors l'impression d'avoir été balloté d'un côté à l'autre sans raisons valables...

 

Le coup de l'oiseau : Bah, on regarde tous les animes pour s'évader non ? Et l'oiseau reste l'animal libre par excellence, plus précisément l'animal physiquement libre. Si l'anime visait une idée d'un héros totalement et sociablement libre, il prendrait alors un chat. Après tout, si le Docteur No ou le méchant dans Inspecteur Gadget ont des chats, ce n'est pas pour rien. Ce sont des gens qui vivent hors de la société, indépendants. Et comme ce sont souvent les méchants... Ce sont eux qui héritent plus souvent des chats.

 

 

Les personnes qui marchent : Revenons sur les personnes qui marchent, j'en distingue trois types : ceux qui marchent à plusieurs, ceux qui marchent couple ou ceux qui marchent seul. Dans les deux cas, l'intérêt est de pouvoir proposer le cadre de l'anime en arrière-plan. Si la marche des personnages est fixe (le personnage ne se déplace pas, il fait du surplace), ce n'est pas innocent. Le téléspectateur va implicitement comprendre qu'il peut se détacher du personnage qui marche pour se concentrer sur ce qui se passe ailleurs à l'écran. Et c'est le moment qu'a choisi la réalisation pour donner des pistes sur l'anime qui va être diffusé : types d'arrière-plan, de dessin, lieux où va se dérouler l'action (lycée, ville ?). Ca va permettre de préparer le téléspectateur à ce qu'il va voir par la suite. Ca lui donne un avant-goût de certains endroits où il va se promener.

Cette scène permet aussi de préciser en partie les personnages le plus important de l'anime ou le couple clé de l'anime. On peut même dire que le couple présenté dans cette scène, sera le couple final dans 99% des cas.

Il y a aussi le cas où il y a plus de personnes en lice. Dans ce type de scène, on peut être sûr d'une chose... Y'aura pas d'histoires d'amour :D

Notons aussi que ce genre de passage va se terminer avec une remise en avant des personnages, soit via un zoom, soit avec un nouveau mouvement dans leur marche qui apparaîtra en arrière-plan. Il ne faudrait pas oublier qu'ils restent les plus importants dans l'univers déployés devant nos yeux.

 

 

Le personnage qui se retourne : Le personnage est en train de faire quelque chose, remarque quelque chose, se tourne vers la caméra et sourit. Logiquement (enfin moi :D), on se dit : "Tiens, mais qu'a-t-il vu de si intéressant ? J'aimerais bien le voir !"

Sauf qu'en fait que dalle. Il y a un deuxième effet kiss-cool qui consiste à piéger le téléspectateur. Les animes ne sont pas du genre à briser souvent la règle du quatrième mur et pourtant, c'est ce qui se fait ici. La personne ne sourit pas à ce qu'on suppose qu'elle voit, non, elle sourit tout simplement directement au téléspectateur. C'est donc une manipulation vicieuse qui consiste à utiliser l'anime pour faire croire qu'il se passe quelque chose hors champs, alors que là, le but n'est que de susciter un peu de plaisir au téléspectateur. En effet, le sourire nous est directement dédié, ce qui entraîne forcément dans notre subconscient un certaine bienveillance envers ce même personnage, ce qui est le point de départ avant un début d'intérêt ou d'affection. Et encore un moyen de pousser le téléspectateur à mater l'anime.

Ces passages reprennent principalement le schéma du mec/fille qui fait quelque chose et le quitte des yeux pour regarder vers le haut (ce qui renforce le sentiment de bienveillance, vu qu'on les voit de haut, il y a en filigrane la notion que le téléspectateur est un être supérieur bienveillant puisqu'on lui sourit).  Il y a aussi le cas,où l'anime met en scène un perso qu'elle veut mettre au-dessus du téléspectateur (qui a dit Kamina ? Sauf que ce sera plutôt un méchant qui écopera de la scène en général :) ). Dans ce cas-là, la caméra viendra dans le dos du personnage et s'en rapprochera. Le personnage se retournera alors pour voir qui est celui qui ose le suivre (et après, vous avez en option, la caméra qui passe le long du visage et s'envole dans les airs. Là, vous savez que ce type aura forcément un côté emo qu'il exprimera à un moment ou un autre. Les mecs GAR ou pas emos resteront à vous regarder méchamment).

 

 

L'entrée dans l'oeil/ Zoom sur l'oeil : C'est une simple métaphore pour dire que vous allez entrer dans l'esprit de ces personnages et donc, que vous pouvez aller les comprendre parfaitement. Ou si pas parfaitement, vous aurez des éléments pour comprendre pourquoi ils sont ainsi. L'entrée dans l'oeil est donc une promesse de clé de compréhension future sur le personnage en question. Après tout, c'est parfois le parcours du combattant de comprendre comment fonctionne son prochain et on est tous parfaitement conscients que personne ne réfléchit quasiment de la même manière. Bref, il y a une identité en nous que l'on considère comme unique, chose que l'on recouvre via la notion d'âme (beurk, je déteste ce terme, matérialiste que je suis, mais c'est encore la manière la plus simple de mentaliser la chose). Connaître l'âme de quelqu'un, c'est connaître quelqu'un sur le bout des doigts. C'est une chose qui a toujours intéressé les gens et les intéressera toujours, surtout que la majorité des mécanismes du cerveau, véritable coeur de l'âme, reste toujours un profond mystère. De ce fait, comme toute chose qui n'est pas à notre portée, cela attire notre curiosité. L'entrée par l'oeil, c'est donc plonger dans l'âme de cette être et pouvoir avoir enfin la capacité de le connaître parfaitement. Inutile de dire que ça marche plutôt bien comme technique d'approche. De manière plus générique, vu l'importance de l'oeil dans l'animation nippone, tout plan rapproché sur un oeil ne vise qu'à tenter de pénétrer l'âme du fait de l'axiome que l'oeil est le miroir de l'âme. Sauf qu'en entrant dans l'oeil, on promet de ne pas se contenter que du miroir qu'est l'oeil mais aussi de l'âme tel quel. Bref, c'est une façon de dire qu'on va vous en offrir plus que les autres... Regardez-nous !!! :D

Ca marche aussi pour les yeux non humains, comme pour les oiseaux ou les monstres. Mais là, ça s'inscrit dans l'idée de nous faire entrer dans un univers différent. On utilise l'artefact connu, l'oeil, mais non humain afin de mettre en exergue le fait que ce sera un univers qui ne sera pas centré que sur les humains.

 

 

(Bon, vais accélérer sur les derniers points, sinon on y est encore demain...) 

 

Les pensifs : Parce qu'il vaut bien dire à un moment donné que l'anime est TROP PROFOND avec des réflexions métaphysiques de ouf sur ce qu'est être un être humain. Vu que c'est lié à une phase de doute des personnages, on les place la nuit. Parce que nuit = ténèbres = doute = réfléxion humaine. D'ailleurs, lors des grandes réflexions métaphysiques et des grosses phases de doute, il ne fait jamais beau. Le mauvais temps est un excellent moyen de montrer que rien ne va parfaitement bien. Si c'est un registre moins dramatique, des nuages suffisent pour signifier l'idée de doute.

 

La fille qui pleure : DES LARMES DE FILLE. DE L'EMOTION. DE LA TRISTESSE. DE LA BEAUTE FEMININE A L'ETAT BRUT. Et le pire, c'est que je ne pense même pas exagérer sur le but recherché. C'est juste pour susciter l'envie de réconfort du téléspectateur (ben vi, une fille mignonne qui pleure, on a envie de la réconforter) et titiller sa curiosité en nous forçant à nous demander pourquoi elle pleure.

 

Les mains : Jeux de main, jeux de vilain. Euh non... Dans le langage corporel, les mains sont un des points-clés en plus de la posture du corps. De ce fait, la manière dont elles bougent révèlent pas mal de chose. Dans un générique qui ne contient pas de mots, elles sont un moyen simple de poser des idées sur l'anime. Une main qui se jette vers le ciel, est un signe d'aide ou un rêve à aller chercher. Le contact raté représente d'office un problème de communication, celles qui se touchent la compassion. Ca permet encore une fois de préciser le type d'anime. Dans le cas des mains qui se ratent, on peut prévoir de grosses difficultés pour le couple principal (et même la mort dans certains cas, avec l'idée de sacrifice). Il y aura sans aucun doute un moment où la fille sera prisonnière du grand méchant (ou pas loin :p ). Quand elles se touchent avec la boule en option, c'est un peu du "LOVE SAVE THE WORLD".

 

Le double personnage  : Si c'est le même personnage, ça permet de filer l'info : attention, ce personnage aura une double personnalité. Il ne sera certes pas schizophrène, mais l'anime jouera sur la notion de la dualité lumière/ténèbre du personnage. Si ce sont deux personnages différents, alors ces deux-là auront des comportements différents voir opposés au point qu'ils ne pourront se supporter. Le lien entre eux sera "forcé" par le personnage ou l'objet qui traîne au milieu. Le générique pose la base d'une réunion qui ne sera pas naturelle, mais forcée par le destin.

 

La notion de sens de la course : Pour rajouter un point sur la course vers la gauche, il me semble que c'est aussi lié à l'avenir. Bref, courir vers la gauche, c'est courir vers le futur. Et les personnages le font avec le sourire de surcroît.

Concernant la course vers l'avant et l'arrière, j'aurai bien envie de vous renvoyer vers "Le Parfum" de Süskind. Il y a tout un passage qui est consacré à un parfumier (parfumiste ?) qui habite sur un pont. Et il explique en long et en large pourquoi il veut déménager de l'autre côté du pont. Dans son cas, il voit le fleuve couler vers l'horizon. De ce fait, il en ressent une idée d'éloignement, de délitement. Il veut passer de l'autre côté du pont afin de pouvoir voir le fleuve venir vers lui, ce qui, à ses yeux, le renforcerait et lui remonterait le moral. Il aurait l'impression que le monde vient à lui, pas qu'il s'éloigne. Le mieux est encore de lire ce passage qui explique la chose mieux que moi. Quand les choses viennent vers vous, elles vous renforcent en somme, disons qu'elles semblent vouloir communiquer avec vous, que ce soit par défi ou simple amitié. Il y a une idée de possession sous-jacente en plus d'une impression de force. C'est bien pour ça que c'est utilisé pour les animes de gros robots.

 

 

 

 

Finalement, tout cela n'est qu'une liste de méthodes qui permet de faire accrocher les gens à l'anime en précisant  son type/genre/autres. Il y en a plein d'autres qui n'ont pas été signalés par la vidéo, comme la façon dont les protagonistes sont, soit présentés les uns à la suite des autres, soit en groupe suivant le but recherché par l'anime, la manière dont les personnages peuvent apparaître, et j'en passe (enfin si, mais c'est juste survolé et je reconnais avoir la flemme de m'y atteler et pourtant, la façon dont sont représentés les personnages est lourde de conséquence, même si j'ai effleuré ce point par endroits).

Mais si ces ficelles d'animation sont encore et encore exploitées au point de donner l'impression de plagiat, c'est pour une raison simple : notre cerveau subconscient kiffe encore ce genre de trucs. Bref, ça marche encore sur nous. Et même si on en a conscience, la majorité des consommateurs, surtout au vu des animes qui ont été choisis pour faire cette vidéo, sont encore totalement voraces/mallébales/tolérants pour ce genre de choses. Car ouip, le but d'un générique d'ouverture n'est pas d'intéresser un téléspectateur, mais s'approprier/convaincre un consommateur. Ca rejoint aussi la partie de mes propos qui tapent plus dans le côté : dévoiler les grandes lignes de l'anime. Car teaser le consommateur avec des éléments qu'il peut comprendre sur les lignes directrices de l'anime sans se fouler, en fait une arme redoutable pour attirer le chaland (et en faire fuir d'autres aussi, mais vu qu'on est dans une époque où réussir à toucher la cible visée est le plus important que d'essayer de séduire de nouveaux clients, ce n'est pas dérangeant en soi).

Le générique doit être le truc le plus bassement marketing de tout anime en fait, ou plutôt, c'est la chose qui est la meilleure publicité de l'anime. Et vu la viralité de certains génériques d'ouverture qui parcourent le net en quelques heures, que certains font des classements de ce genre de génériques... On a largement quitté le monde de l'animation pour le monde de la publicité. Et cette dernière est bien moins susceptible sur les plagiats, ce qui compte, c'est que les ficelles marketing exploitées marchent. Je pourrai même pousser le vice à dire qu'un générique parfaitement calibré sur ses ficelles dévoilent 90% de ce qui va se passer dans l'anime du point de vue de ses grandes lignes.

 

En somme, plus vous linkez des génériques d'ouverture, plus vous soutenez le fait que ces mêmes génériques doivent être formatés par le marketing. Vous devenez des agents viraux publicitaires. :)

 

Et ouip, l'article aurait gagné en lui foutant des dizaines de screens pour montrer ce que je veux dire. Mais je sais que je n'aurais pas le courage de le faire, donc autant le fournir tel quel.

 

 

N'empêche, c'est rigolo la branlette intellectuelle de temps en temps. J'aurai bien aimé publier cet article plus tôt,  mais vu que j'ai été malade ces derniers temps, j'ai préféré refinir Suikoden Tierkreis (faudrait que je le refasse avec les 108 étoiles, y'a quelques changements) et Muramasa. Ce qui m'a plutôt fait du bien pour me soigner :D

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Zakath Nath 16/12/2010 14:27



Oui, pour l'idée de contraste, ça me semble évident, par contre ces couleurs là pour les comédies, c'est quoi la symbolique (quasi toutes les affiches de comédie de Veber sont sur ce moule-là,
par exemple)?


Et est-ce que c'est si attirant que ça, ce genre d'affiche (vu que les comédies qui ont eu le plus de succès en salle n'ont pas forcément eu recours à ça)?



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 16/12/2010 17:42



Ca peut être aussi lié à Veber lui-même. Un peu comme Jeunet met des filtres de couleur dans ses films.



ado 16/12/2010 13:33



Le titre rouge sur fond blanc c'est pas typiquement francais, c'est juste une application elementaire de la perception humaine des couleurs (une couleur sombre sur un fond blanc donne un
contraste fort) et de leur symbolique qui est plutot culturelle.



Zakath Nath 16/12/2010 09:33



Très intéressant cet article! Oui, ce sont des formules efficaces, pas du plagiat.


Linkicaro: tout à fait, d'ailleurs dans les films occidentaux, on peut constater l'inverse: dans Le Seigneur des Anneaux, les charges de cavaliers se font de la gauche vers la droite de l'écran.
Dans Pirates des Caraïbes, Geoffrey Rush, quand il devait partager l'écran avec le singe et Keira Knightley, cherchait systématiquement à se mettre sur la gauche pour être sûr qu'on le verrait.
Il craignait qu'en se mettant à droite, le regard des spectateurs se fixe sur le singe et la fille et n'aille pas jusqu'à lui... On doit trouver des tas d'autres exemples.


 


Tiens, quelqu'un sait pourquoi tant d'affiches de comédies françaises ont un fond blanc et un titre rouge? C'est sensé faire clown ou quoi?



Staahl 15/12/2010 16:29



Je suis très déçue de ne pas y avoir pensé ! Et je suis plutôt d'accord avec ton point de vue sur le "non-plagiat". Après tout, si quelque chose marche, pourquoi pas continuer ? Et puis, mine de
rien, il y a peu de genres de plans, et afin d'éviter tout spoil c'est la meilleure solution.


Simple, répété x fois, mais efficace !



linkicaro 14/12/2010 15:11



Pour les personnages qui vont de la droite vers la gauche, c'est plus simplement surtout parce qu'il s'agit du sens de lecture japonais : ils vont dans la même direction que prend l'œil (le
spectateur suit donc les personnages) et ça renforce le sentiment de vitesse quand ils courent.



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories