Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 21:00

Il était une fois, un petit chien noir dont les plaisirs de la vie se résumaient à errer dans les mégalopoles de type tokyoïte. De par sa petite taille, il bénéficiait d'une vision du monde peu commune, il n'avait nulle notion de bas. Il devait sans cesse lever son minuscule museau à chaque instant pour voir le monde urbain vivre. Il avait une fois entendu dire, via un salary-man éthanolisé qui lui avait jeté un morceau de boeuf, chose ô combien rare et précieuse à ses yeux, qu'il possédait certainement une magnifique vision du monde en contre-plongée. Il ne comprenait pas trop la signification de ces paroles, mais cela devait sûrement expliquer pourquoi les tours géantes des mégalopoles qu'il visitait, semblaient sans fin et se courbaient vers le ciel comme la griffe d'un démon tentant de s'échapper des enfers. Cette impression se renforçait lors des jours de nuit pluvieuse, où ces bâtiments prenaient alors une teinte sinistre grise, parcouru par de stries noires... Avec leurs quelques endroits allumés, ils apparaissaient alors comme un long ongle griffu, usé à force d'avoir tailladé la terre pour en émerger, empli de crasse qui se répandait le long de longues fentes où la kératine de l'ongle s'était déchiré, cachant la chair à vif par des ténèbres. En les voyant en ces nuits sombres, le petit chien frissonnait. Mais sa vie était agréable. Il aimait traîner dans les ourlets des robes des femmes au foyer qu'il croisait, bien que ces dernières le pourchassaient souvent, se faire caresser par des collégiennes amusées par son allure, rester au chaud dans les wagons du metro, ...

La vie continuait, et il vagabondait joyeusement, bourlinguant d'un bout à l'autre du monde, voyageant grâce à l'altruisme des humains.

Et puis vint un jour magique... Alors qu'il se reposait dans un boulevard face à un écran de télévision, il vit passer devant lui cinq jeunes femmes. Cinq femmes d'une beauté incontestable et incontestée. Chacune avec sa beauté unique, beauté qui découlait du caractère de la jeune femme. Le coeur du jeune chien fit un bond dans sa poitrine. Mais pas à cause de ces jeunes femmes proprement dites - il en avait vu bien d'autres à force de parcourir le monde -, mais c'était surtout parce qu'au-delà de ces cinq jeunes femmes, il percevait tout un nouveau monde. Un monde excitant, plaisant, baveux, varié et surtout... Un monde empli de plaisir, parsemé de quelques tâches d'humour.

Mais il n'était qu'un petit chien ! Même s'il pouvait regarder sous les jupes et les robes de toutes les filles de la planète, jamais, ô grand jamais, il ne pourrait faire partager ce qu'il était en train d'imaginer.

Le petit chien noir pleura. Il pleura tant et tant qu'il perdit tout son pelage. Il ramassa alors chacun des poils perdus pour en faire un pinceau de fortune. Et il put commencer à dessiner. Son premier jet sortit sur un vieux journal jauni par les immondices. Ce fut laid. En même temps, la boue était loin d'être quelque chose de simple à manipuler. Mais il ne renonça pas. Et s'entraîna encore et encore. Il voulait faire partager ce monde onirique qu'il avait vu au-delà de ces cinq filles.

 

Peu à peu, le petit chien noir s'humanisa. Il devint même un humain presque normal. Il finit par prendre le pseudonyme de Black Dog afin de signer ses oeuvres. Et ce fut le début d'une reconnaissance mondial pour lui, tant moults et moults humains attendaient enfin quelque chose de ce genre...

 

 

 

 

Il est temps de quitter les douces affres du conte et de revenir à quelque chose d'absolument sérieux : parlons cul des oeuvres de Black Dog.

 

 

Si j'ai eu envie de parler de Black Dog aujourd'hui, c'est tout simplement parce que, outre qu'il me fallait un sujet un peu original pour les sama awards, je kiffe cet auteur. Et que ça faisait longtemps que ça me travaillait de parler de lui. L'occasion faisant le larron, vous connaissez la suite, chers lecteurs qui parcourez ces lignes.

 

 

 

 

Black Dog est donc un dessinateur de doujin hentaï (pour ceux qui ne connaîtraient pas, dites-vous que ça a la même relation avec le manga que le cinéma porno avec le cinéma). Son domaine de prédilection : Sailor Moon. D'ailleurs, on peut constater que sur les 60 doujins qu'il a fait ces 15 dernières années, 43 sont sur Sailor Moon (liste ici, liste qui doit comporter quelques doublons, car certains tomes ont été réunis dans des compilations).

Oui, le bonhomme (j'ignore s'il bosse seul, mais on va dire que oui) est productif et oui, il kiffe Sailor Moon.

 

 

 

 

SailorMoon01.jpg

Je remets cette image en passant pour ceux qui ont oublié à quoi ressemblait les filles de Sailor Moon.

Et non, ce n'est pas du Black Dog.

 

 

 

Mais outre les qualités graphiques sur lesquels je reviendrai plus tard, il y a quelque chose qui marque sa différence par rapport à d'autre productions : les Submissions. Ces derniers sont vraiment un élément incontournable de sa production tant ils sont l'une des raisons qui fait qu'il est autant apprécié.

 

On va donc commencer par parler de ces derniers.

 

Submission : Un arc sailor Moon (presque) normal

 

Il faut le reconnaître, les Submissions ne sont pas tout récents vu qu'ils affichent plus de 15 ans  au compteur pour le premier d'entre eux. Graphiquement, ils ont un peu vieilli. Mais on peut déjà distinguer certains éléments qui deviendront la marque de fabrique de l'auteur :

- des filles plutôt fines....

- ... avec de looooooooooooongues jambes...

- ... qui se font souvent abuser contre leur gré....

- ... avant de succomber au plaisir avec des sourcils tombants...

- ... et qui finissent par punir les méchants, parce que dans Sailor Moon, le mal est toujours puni ! Car bon, elles ont peut-être eu du plaisir, mais faut pas déconner non plus, c'était contre leur gré !

 

Le véritable point fort de cette mini-saga, c'est que l'auteur a construit tout une histoire au fil de l'eau, avec ses personnages récurrents. Une histoire qui n'est certes pas transcendante, mais qui a le mérite d'exister, respecte parfaitement les personnages et qui se paye surtout le luxe de mettre des pointes d'humour à la con.

 

Exemples :

 


Sailor Mars 1

Cas 1 : La remarque à la con de l'auteur en bas à gauche est le genre de truc qui me font sourire


 

Sailor Mars 2Cas 2 : Une référence au manga Parasite en douce.


Et encore, je ne vous parle pas du fait que le machin écrasé tout en haut de la première image et que la tête de la deuxième page, représente le même personnage. Je suis sérieux.

 

Sailor-Mercury-1.jpgCas 3 : L'héroïne se fait attraper par les méchants parce qu'elle...

.... a pris la même posture que d'habitude après sa transformation. Loul.

 

 

A côté cette humour permanent, les Submissions regorgent d'action. Pas que sexuelle bien sûr. Mais il y a du mouvement, les méchants essayent de se battre avec différents moyens. Par exemple, dans le chapitre consacré à Sailor Venus, le méchant vient avec une poupée robot pour combattre son ennemi, ce qui entraîne des combats plutôt sympathiques avec de gentils retournements de situation. D'ailleurs, c'est ainsi que petit à petit, les méchants se diversifient et chacun sous-fifre méchant gagne un design alors qu'au début, ils sont tous identiques. C'est plaisant, et ça donne un peu d'épaisseur à ces ennemis qui, même morts, peuvent parfois revenir au combat. Il y a aussi un méchant chaotique dans le lot, que je soupçonne être un peu la projection fantasmée de Black Dog (ne serait-ce que parce qu'il se tape Sailor Mercury qui est une des sailors préférées du monde entier et que le type est un gros bill de surcroît). Il est assez amusant, car bien qu'il tienne à la fille qu'il aime, il n'hésite pas à être sadique pour pouvoir coucher avec elle. Un bon vieux chaotique neutral qui fait ce dont il a envie, quand il en a envie.

 

Un peu d'humour, un peu d'action, un scénario simple qui tient le tout... Et les scènes X alors ???

 

Et bien... Elles sont plutôt réussies. Même si elles se basent systématiquement leurs débuts par un viol, et bien que ça fasse ouate temps que je n'ai point relu l'intégralité des Submissions, j'en garde le souvenir que l'auteur a tenté de varier les situations. Ainsi, ça va du couple simple couple au gang bang, tout en faisant un crochet par du SM léger avec objets sexuels, avant de virer sur du tentacule. Il va même faire du futanari (des filles avec des sexes d'homme). La fin se passera bien sûr dans une orgie gigantesque.

Ce qui est appréciable, c'est que même si on est réfractaire à un genre, comme l'auteur ne verse jamais dans le gore/trash, ça reste consommable. Quelque part, les Submissions ont un côté soft, qui se contente plus sur le plaisir qu'éprouvent les filles via l'expression de leur visage, que faire de gros plans de vis qui rentrent dans des écrous pour faire une métaphore douteuse. C'est peut-être l'époque qui voulait ça, mais c'est agréable d'avoir quelque chose un poil plus érotique que la moyenne.

Sans compter que même si les filles sont fines, elles n'en restent pas moins parfaitement proportionnées, ce qui les rend agréables à l'oeil. Pas de gros seins à assommer un boeuf, pas de filles totalement plates, mais des tailles de seins qui correspondent morphologiquement aux persos.

 

Malgré son titre peu original, Submission est vraiment un incontournable à mes yeux tant il est varié et bien rythmé. et puis, l'auteur a eu une idée de génie pour ses titres. Chaque chapitre est composé de deux mots : "Submission" et "Le nom de la sailor qui va passer à la casserole". Et ça, c'est un truc absolument génial. Tout simplement parce que si vous voulez retrouver une scène en particulier, ça devient simple, mais siiiiiiiiiiiiiiiiiiiimple. Et ça, c'est cool.

 

Il faut de plus noter que c'est assez rare de trouver une parodie hentaï qui dure aussi longtemps. Habituellement, dans un doujin hentaï tiré d'une série, on a nos 20 ou 40 pages, une petite histoire plus ou moins bien trouvée (et encore...), une scène de sexe et basta.

 

Là, l'histoire doit bien s'étirer sur plus de 400 pages. Ce qui laisse de quoi faire. Il n'y a guère que dans les doujins hentaï avec une histoire totalement originale que l'on retrouve ce genre de chose. Et encore, ce nombre de pages, ne comprend pas tout....

 

L'ordre chronologique des submissions dans mon vague souvenir :

 

- Submission Mercury (plus)

- Submission Jupiter (plus)

- Submission Mars

- Submission Venus

- Submission Saturne

- Submission Sailor Moon

- Submission Sailor Stars

 

 

Autour de Submission

 

L'auteur a repris la trame de Submission pour créer moults et moults doujins Sailor Moon autour de ce noyau. Par exemple, on reverra souvent le méchant chaotique neutre à l'action qui va devenir professeur au collège des Sailors pour pouvoir profiter de ces dernières. Et va en profiter pour construire une relation triangulaire entre ce prof, Sailor Mercury et Sailor Jupiter, permettant ainsi développer une relation yuri (relation entre femmes) entre les deux Sailors.

De même, l'auteur en profitera pour approfondir un peu les sentiments de chacune, ce qui leur donne un peu de relief.

 

Ou bien il partira sur comment certaines des filles ont pu perdre leur pucelage, ou s'embarquera dans des trips complètement stupides avec la révolte des monstres tentacules, où ces derniers sont tout simplement hilarants tant ils sont cons.

 

Il se paye même le luxe de proposer une 'Bad End' à son Submission dans "Another One Bites the Dust" et a fait des reboots de ses plus vieux Submissions (les fameux 'Plus').

 

Il va aussi y avoir nombre de doujins sur les trains où les Sailors (ainsi que des personnages d'autres séries) vont se retrouver dans des gang-bangs à tout va, dont la cause sont des démons liés aux personnages de l'intrigue de Submission (après tout, c'est pas leur faute, coucher avec une sailor, c'est faire le plein d'énergie ! Comme dans Urotsukidoji ! :D ).

 

Le tout gardant toujours des pointes d'humour qui font le plaisir de la lecture avec les réactions des personnages un peu concons parfois, un peu pervers, un peu sadiques... Inutile de préciser que pour moi, les oeuvres de Black Dog sont plus intéressantes traduites, sinon on perd la moitié de l'intérêt. Car bon, les textes sont... Juste bien trouvés en fait. Les mecs/démons ne pensent qu'à coucher avec des filles (qui sont forcéments dans la fleur de l'âge et donc mineures) et toutes les raisons sont bonnes pour en profiter. En général, ils "profitent" que des démons les possédent pour assouvir leurs fantasmes sur ces filles bien foutues. Et le pire, c'est que comme c'est amené avec un soupçon d'humour, ça passe tout seul. Et comme la morale finale est rarement en faveur du violeur, la morale est quand même sauve en partie.

 

Et il y a une palanquée de doujins de ce type, de quoi occuper de loooongues soirées. Et des "What The Fuck" énormes quand on découvre que Sailor Mars doit coucher avec des revenants pour les renvoyer au ciel et qu'en plus, un CHIEN revenant se mèle à la chose. Un CHIEN. Et en plus, ça passe tout seul (à répéter ad vitam eternam).( pour les zoophiles, ça se passe dans "Magician's Red", si je ne trompe pas).

 

Ce qui est bien, c'est que toutes les filles sont servies, pas une y échappe, et vu que l'auteur en a cinq à disposition, il peut largement trouver des nouveaux angles d'attaque.

 

 

Image Not Safe For Work (interdit aux moins de 18 ans quoi)

Le pelotage, c'est tout un art ! \o/

Notez les sourcils tombants, la petite Bunny Tsukino commence à céder à l'appel désir.

Et à côté de ça....

 

On retrouve les fameux trains. Où vont se perdre les filles de Lucky Star dans "Man in the mirror" ou Sasaki de AzuManga Daioh dans "Spicy Girl". Avec tant de trains, on pourrait légitimement se demander s'il a un lien de parenté avec Makoto Shinkai. Ce qui est évidemment faux, le train et le bus sont un haut lieu de fantasme japonais. Si vous voulez savoir pourquoi, le mieux est encore de lire le volume 5 d'Angel ( seul manga interdit d'exposition en France en passant ) où l'auteur, U-Jin, part en croisade contre la censure (et il part complètement en live d'ailleurs, il se représente sous les traits de Michaël Jackson, c'est dire).

 

L'auteur semble avoir une préférence pour les filles aux cheveux longs et noir en tout cas. Ceci dit, il touche un peu à tout. Aussi bien FLCL ("Enigma"), K-On ("Chocolate Disco"), Genshinken ("Weather Report"), Kare kano ("White Album").... Il y a certainement de quoi trouver son bonheur, surtout qu'il y a un peu de variation sur les scènes X (mais moins que dans Submission).

 

 

Et donc, en général ?

 

 

On peut reprocher un défaut à Black Dog, c'est que finalement, ça manque un peu de renouvellement parfois. Mais d'un autre côté... Je suis totalement sous le charme. C'est sans doute parce que Black Dog est l'un des premiers auteurs de hentaï que j'ai rencontré, il y a quelques années, ce qui rend difficile de ne pas avoir un brin de nostalgie quand je lis une de ces oeuvres. Mais bon, il y a le plaisir de voir que le style de l'auteur a évolué entre temps, retrouver son attachement à s'appliquer à faire de jolis baisers ou de développer tout un art sur le pelotage des seins.

 

 

 

 

kagami

Je n'ai pas réussi à retrouver le baiser que je voulais, mais celui-là fera l'affaire.

 

 

Sailor Mercury 2Amy, alias Sailor Mercury. 12 ans séparent ce dessin de celui qui est en haut.

Un trait toujours reconnaissable et une évolution graphique palpable.

Et de loooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooongues jambes à faire pâlir Adriana Karembeu ! \o/

 

 

 

Black Dog, c'est juste le bien. J'aime bien comment il laisse aussi la peau des filles blanches et qu'il noircit la peau des hommes. Ca renvoie un peu plus à l'idée de démons qui s'en prennent à des filles sans défense (blanc, notion de pureté, toussa).

Je n'ai vraiment qu'un regret vis-à-vis de ces oeuvres. C'est qu'il y a quelques années, il y avait un site qui avait TOUTES SES OEUVRES EN LIGNE ET TRADUITES EN ANGLAIS !

La joie ultime quoi.

Et ce site semble avoir disparu dans les tréfonds du web... J'ose espérer qu'un jour je pourrai remettre la patte sur tout ce qu'il a fait en une fois et de pouvoir relire toutes les excellentes conneries qu'il a écrit. Mais d'ici là... Il faudrait se contenter de ce qui est updaté par-ci et par-là...

 

Quelle tristesse Y_Y

 

Mais bon, je ne suis pas trop inquiet. Black Dog est clairement un auteur de qualité et qui est parti pour régner éternellement sur les doujins de Sailor Moon vu son prolifisme. Et Sailor Moon est tellement connu que nul doute qu'il y aura encore des gens pour traduire/updater ses doujins. Ne serait-ce que parce que les doujins qui cumulent aussi bien humour, action, textes taquins avec des pointes de léger sadisme et filles bien proportionnées ne sont pas légions. J'aimerai tant et tant m'étendre sur le sujet mais je ne sais pas quoi dire de plus. Le mieux est encore de tester par vous-mêmes et de voir la chose.

 

En tout cas, pour moi, c'est vendu : Black Dog, c'est le bien ! \o/

 

Et on rajoute la bannière qui va bien pour finir:

Concours Sama Awards

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Torog 25/05/2011 21:00



Perdu ^^


Allez, la solution ici, il te suffit juste de faire une comparaison avec les titres :


http://bit.ly/lHsmaO


Eh oui, c'est un fan lui aussi ! XD



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 25/05/2011 23:23



Oh viiiiiii !!!!


Bien vu !


C'est définitivement un homme de bon goût, ce Black Dog ! \o/



Torog 24/05/2011 00:44



Non Corti, tu n'as toujours pas tilté. En fait tu as tilté... partiellement. Recommence tu va bien finir par capter ce que je veux dire et voir le lien entre tout ces groupes de musiques ^^ Il y
en a un en particulier qui devrait vraiment te mettre la puce à l'oreille.


Ton VN est arrivé 4ème ex-aequo avec celui de Keul. La review de tout ça devrait arriver dans la nuit sur le site No-Xice. D'ailleurs voilà tes sources : http://www.mediafire.com/?t84hykjbqm05157


 



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 25/05/2011 20:38



Euuuuhhhh……… Il bosse sur le manga Enigma ? :D


 


Merci pour les sources sinon, mais finalement, elles sont accessibles quand on récupèrent les VNs ^^


J'ai d'ailleurs tester les autres VNs, faut que je parle de tout ça :)



Torog 23/05/2011 22:15



Waaaaah un article sur Black Dog, je l'avais loupé çui là. Cay mon circle hentai preferay, Saigado n'arrivant qu'en second ^^ L'intro de l'article est fort jolie, et j'ai appris pas mal de
choses. En fait, de Black Dog, j'avais tout lu SAUF les submissions. J'avais bel et bien le sentiment qu'il y avait un lien entre les doujins et tout, mais j'savais pas que les zines annexes
étaient des spins-off bonus de toute une grosse histoire racontée dans submission :)


Par contre, il te manque une info ultime sur Black Dog, le truc que j'aurai casé absolument si j'avais dû faire le même genre d'article. Un truc que tu aurais DÛ remarquer. Indice : La réponse se
trouve dans le titre de ses doujins qui ne sont pas des submissions ^^ http://doujinshi.mugimugi.org/browse/circle/80/BLACK-DOG/?order=title&page=2



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 24/05/2011 00:24



J'avais pas tilté, mais… Ce sont tous des groupes de musique ou des chansons ! \o/


Merci de me l'avoir fait remarquer, j'avais pas fait gaffe ^^


 


Au fait, mon VN est arrivé combientième finalement ? :)



Aer 08/04/2011 02:53



Non non, en dématérialisé je parle.



Aer 07/04/2011 14:58



Tékon :D. Bon, j'aime pas plus que ca après, mais faudrait que je voie lesquels je peux recup si ca t'intéresse.



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 07/04/2011 17:58



Pourquoi tu es au Japon ? :o



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories