Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 21:24
Oui, oui, j'avais dit que j'updaterai plus souvent mon blog puisque je suis de retour de vacances. Mais bon, Muramasa quoi.

Ainsi donc, j'ai fébrilement récupéré cette galette en début de semaine dernière (galette qui va vite devenir collector comme le Okami vu comment ça part et surtout vu le faible nombre de galettes tirées) et j'ai attendu avec patience la venue du we qui me permettrait de me noyer dans l'onirisme de ce monde.

Et le we tomba, fatal au bout d'une courte semaine de travail permettant de mesurer toute la plénitude de la vie empli de visionnage de Gurren-Lagann, et enfin, ma Wii, parée de sa virginale couleur blanche, put s'alimenter d'une douce tranche de plastique trouée à coup de photons. Et cette fente suave sut goûlument ingurgiter cette succession d'information codée par un vieux procédé physique afin de la restituer sous nos yeux ébahis, avalés par la déferlante d'image de qualité défilant sous nos pupilles écarlates, tandis que nos oreilles se satisfassent d'un son doux comme une brise printannière qui réchauffe notre coeur et notre âme par le truchement de notre peau. Le délicat frisson de plaisir ne puit que parcourir notre échine.
Surtout quand la poésie des pixels superposées les uns aux autres, se mèle à une histoire  qui perd les sens du spectateur qui doit muscler sa matière grise afin de comprendre tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie qui frappent deux destinées opposées, qui se croiseront et se décroiseront au fil du périple subi par les agents de notre gloire.
Ici, point de guerre et de batailles sanglantes, ici le brave fraie sa voie seul, entouré d'une verdure hostile et nourricière. Et le brave se doit d'être fort, tandis que de pernicieux belligérants vous tendent des embûches devant vous empêcher d'accomplir votre destinée. Mais grâce au fait que votre brave soit télémanipulé par un être omniscient, la route s'avérera moins redoutable que prévu, la stupéfaction laissant place à un sentiment mitigé portant par ailleurs la lueur écarlate du plaisir.
Ce délectable parcours serre le coeur de joie et de tristesse, nul autre combattant son ennemi ni le battant, coexistant sous la forme du Yin et du Yang, dans une harmonie de lenteur fascinante.



Totalement HS, je sais.



Punaise, j'arrive pas à écrire dans ce style d'écriture, on va revenir au mode normal :
- J'ai foutu le jeu dans ma Wii
- J'ai joué
Reprenons un peu le tout. Les graphismes sont clairement toujours aussi beaux. Personnellement, je ne les ai pas trouvés supérieur à Odin Sphere. Plus lisses sans doute, mais de quoi frapper un canard à trois pattes. Le souci est aussi que, comme j'ai commencé par Odin Sphere, je n'ai pas repri une claque dans la gueule avec Muramasa. J'osais espérer que Vanillaware serait capable de me remettre une autre claque dans la face, en repoussant les limites et en réinventant encore la 2D. Mais non. Ce qui n'empêche pas le jeu d'être effectivement très beau et bourré d'animations splendides. Mais comparé à Odin Sphere, il n'y a pas masse de différence dans l'esprit.
Le gameplay est bien foutu par contre. Complètement différent de celui d'Odin Sphere, mais avec une même fin (poutrer de l'ennemi par paquet de 15), on a un réel plaisir à combattre avec les sabres et switcher entre ces derniers. On a trois sabres au combat et on switche entre ses derniers en fonction de l'usure, de la possibilité d'utiliser des attaques rapides ou tout simplement pour utiliser une technique spéciale précise. Sachant qu'à la fin, on finit avec 108 sabres, ça laisse de quoi faire - même si au final, le dessin des sabres n'est pas très varié au final, sans compter que les vieux sabres sont pourris donc ne servent plus à rien assez rapidement.
Le fait que les sabres aient une usure au combat, donne un soupçon de pression nécessaire afin d'alimenter notre concentration. Car, une fois qu'on a pêté nos trois sabres, on ne possède plus de défense et tous les coups ennemis portent. Et à haul-level, vos 8 000 pv partent TRES vite. Genre si vite que le temps de choisir un objet de soin adapté, on est mort. C'est donc une situation qu'il vaut mieux éviter, même si la mort n'est pas pénalisante du tout vu que l'on réapparaît au début de l'écran que l'on explore.
Mais globalement, en mode normal, il faut en vouloir pour mourir. Ca m'est arrivé rarement. Même très rarement. Je trouve dommageable que le monde normal soit si facile, un peu plus de challenge n'aurait pas fait de mal. Mais, on verra ça quand je le verrai en difficile. A noter que comme pour Odin Sphere, on peut changer la difficulté n'importe quand. Je conseillerai donc de commencer en difficile, quitte à redescendre en cours de route si besoin est. En mode normal, c'est un peu trop une promenade de santé.

Jusqu'ici, on peut penser que je suis satisfait du jeu. Moins que prévu au final. En cause ? La durée de l'histoire.

Comptez un peu plus de 12 heures pour boucler les deux histoires. C'est court. 5/6 heures plus tard, vous aurez débloqué toutes les fins. Ca fait à peine 20 heures au final. C'est quand même méchamment court. Odin Sphere avait bien 50% de vie en plus au moins.
Et concernant l'histoire par elle-même, ben.... Je l'ai trouvé moins bien agencé et passionnante que Odin Sphere. D'une part, parce qu'on a moins de persos à jouer. D'autre part, parce qu'un des reproches mineurs que j'ai contre Odin Sphere (un manque de fluidité au niveau narratif par instants, ce qui fait qu'on n'est plus trop sûr de qui fait quoi et comment), se retrouvent dans Muramasa. On se retrouve un peu perdu sans tout comprendre ce qui se passe. Ne faites pas mon erreur et prêtez une très grande attention aux rares morceaux de dialogue dont vous pouvez profiter. Sinon, des pans entiers de l'histoire vous passe à côté.
C'est un peu le cas pour le début de la fille. On nous balance des trucs comme ça et ça n'est pas forcément simple à piger. Je deviens ptêt bête en vieillissant, ou j'ai trop pris l'habitude des jeux qui ont un rythme plus clair, mais...
D'un autre côté, ça donne un effet de style qui peut être plaisant : essayez de comprendre ce qu'il se passe quand on a raté le début. Car c'est un peu comme ça que se déroule les choses. En tout cas, Odin Sphere possédait quelques cinématiques avec des dialogues permettant de fluidifier l'histoire, là, elle sont si peu nombreuses et si courtes que vous pouvez faire une croix dessus pour vous aider. Surtout qu'au contraire de Odin Sphere, il n'est pas possible de refaire l'histoire des personnages  pour revoir ce qu'on a mal compris, malheureusement.
Mais j'ai l'impression que Vanillaware ne sait pas faire des histoires parfaitement limpides. Ils m'avaient paumé aussi lors de la fin de GrimGrimoire.

Une autre chose mal gérée dans Muramasa, c'est l'esprit. Pour forger un sabre, on a besoin de deux choses :
- de l'esprit
- des âmes
Quand j'ai joué, le facteur bloquant était les âmes que l'on récupère en tuant des ennemis ou en les cueillant dans la nature.
Par contre, l'esprit... Il caracolait avec un chiffre en plus que la demande. Comprendre, si j'ai besoin de 100 en esprit, j'en possède déjà mille. Et ce, sans forcer. L'esprit est alimenté par la bouffe (et par chaque niveau que l'on passe, j'ai l'impression). Et rien, qu'avec des plats simples, c'est déjà la fête de l'esprit. Ce dernier est clairement mal évalué, car quasiment inutile vu qu'on ne s'en préoccupe vu qu'on a toujours de l'esprit. Et s'il en manque, pour pas grand chose, on peut le faire exploser.
Ce qui entraîne une perte de l'intérêt pour la bouffe. Alors que dans Odin Sphere, elle était vitale, là franchement, c'est à se demander ce qu'elle fait là. Il y a éventuellement les bonus offerts par les plats préparés par nous, mais bon... Il manque clairement un peu d'équilibrage. Une carac censée être bloquante et qui ne l'ait jamais, elle ne sert à rien.

Dernier petit défaut à Muramasa, on se retrouve maintenant avec des arènes fermées en combat, alors qu'avant elles étaient cycliques, ce qui permettait de courir partout et d'échapper à l'ennemi, voire de le prende à revers (mais là, le rêve). Là, l'arêne est fermée.... et on se retrouve donc avec un problème lié à nombre de "Beat Them All", les bords des écrans.
Imaginez, vous êtes en train de tatanner un ennemi et vous êtes en train de battre votre record de combos. La joie. Votre ennemi tombe et... Sors de l'écran. Vous pouvez vous coller au bord et frapper dans le vide, mais c'est pas top quand même. Je trouve ça particulièrement chiant. Genre très chiant.



Hamtaro, un anime de boeuf.




En fait, Muramasa a un défaut à mes yeux : être arrivé après Odin Sphere. Si ça avait été dans l'autre sens, j'aurai été beaucoup plus enthousiaste. Autant niveau graphisme, il est supérieur à Odin Sphere (j'dis ça pour faire plaisir aux gens, mais soyons honnête, je n'ai absolument pas repris une claque graphique, même si c'est vrai que c'est quand même magnifique), autant pour les bastons, il n'a strictement rien à envier à son aîné, autant pour la durée de vie et l'histoire... Il échoue lamentablement. L'histoire reste intéressante, on peut facilement se laisser porter par ce japon médiéval, mais.... Elle est sympa. Et c'est tout.
Après, si je voulais vraiment faire ma langue de pute, je dirai que maintenant, ce qui compte c'est de faire de jolis graphismes et le reste, on s'en fout, Muramasa a rempli son contrat.


....


Naon, je peux pas dire ça quand même. Certes, ça reste un bon jeu. Mais comme les graphismes sont plus un bonus à mes yeux qu'autre chose au vu des standarts actuels, je ne puis m'empêcher d'être un peu déçu. Avec une histoire plus longue de cinq heures, ptêt que ça serait mieux passé. Car là, avoir toutes les fins du jeu en un we.... Ca fait quand même abuser. C'est toutefois compenser par le fait que le jeu ne se vend qu'à 40 euros.

Sinon, l'autre manière de rentabiliser le jeu et d'en profiter est... De prendre son temps. Ce que je n'ai pas fait et que j'ai de plus en plus de mal à faire. Mais avec héros qui courent comme des dératés aussi, difficile d'avoir envie de les arrêter pour regarder la scène en arrière-plan (et là, j'enchaîne sur le fait que les graphismes sont trop mis sur le devant de la scène aujourd'hui (enfin aujourd'hui, ça doit dater depuis.... Longtemps en fait), mais ce sera pour un autre article que j'arriverais bien à faire un jour).
A noter que les dialogues sont en japonais. Si on a l'oreille un peu habitué à ce langage, on sent bien que le doublage se veut très solennel (comme le narrateur des OAVs de Lodoss (l'AMV spoile à mort)).

En conclusion :
- si vous avez aimé Odin Sphere, achetez Muramasa sans souci.
- si vous n'avez pas aimé Odin Sphere, vous pouvez tenter Muramsa (on sait jamais ^^ - enfin, reconnaissons que c'est peu probable qu'il vous plaise)
- si vous hésitez entre Odin Sphere et Muramasa, prenez Odin Sphere. A mes yeux, il est bien plus complet.


N'empêche, vous savez ce qui me frustre le plus là-dedans ? C'est que j'ai encore envie de jouer à Muramasa. Sauf que je n'ai quasiment plus rien à faire dessus, sur la partie où je suis rendu (excepté faire le monde difficle, mais pour ça, faudrait que je le recommence, histoire de profiter de tout). Ou alors, c'est bien caché. Sauf que tuer du monstre pour dropper un artefact de merde, j'ai passé l'âge. Il faudrait que l'histoire continue.
Ptêt que ce sera dans le deuxième volume. Certaines fins sont suffisament ouvertes pour offrir une suite. D'ailleurs, la dernière fin du héros, est assez drôle quand on voit ce que dit le narrateur.
En tout cas, les sous-titres pour chaque histoire sont particulièrement bien trouvés.

Muramasa reste une belle expérience, n'en doutons pas. Muramasa, c'est comme marquer un essai au rugby. Et l'essai transformé, c'est Odin Sphere. La logique aurait voulu qu'Odin Sphere soit l'essai et Muramasa, sa magnifique transmation, mais ce n'est pas le cas.

Tant pis.

Ne boudons pas pour autant notre plaisir de gamer. Muramasa, c'est quand même bien fun. Et en y jouant, on nique un anglosaxon qui veut y jouer (ce post contient une partie de ségrégationnisme primaire. Sauras-tu le retrouver ?)

GIGA DRILL BREEEEEEEEEAAAAKKERRRR !!!!!!!!!!!


Et je ne sais plus si je l'ai déjà dit (un peu de mal à être à jour en ce moment), mais le boss de fin de Metroid Prime Corruption est une honte. Une affreuse honte. Un blasphème. Un juron déicide.

Car oui, ce boss est... Honteusement facile à battre. C'est un vrai échec critique à mes yeux.

Et j'ai acheté le troisième coffret de Gurren-Lagann. J'ai la série complète chez moi. Joie. Même si j'aime moins la deuxième partie que la première, mais j'y reviendrais une autre fois.

Et putain, la manette Wii fait mal aux bras ! Je regrette la manette de la playstation tiens.... :/

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Jeux Vidéos
commenter cet article

commentaires

Aer 30/11/2009 21:04


D'un coté, ca me fait moins chier de pas avoir de wii.


Gen' 26/11/2009 22:01


Je joue aussi exclusivement avec le pad Gamecube, je m'y suis mis dès que je me suis rendu compte qu'il était inutile de gaspiller des piles pour un jeu qui n'exploite pas les spécificité de la
wiimote. Et puis vu l'acharnement avec lequel je me défoule sur le boutton d'attaque, ça vaut mieux :')

Pour ce qui est de la durée de vie, j'aime faire durer le plaisir, j'essaie donc d'aller partout sauf là où on me dit d'aller avant d'emprunter le bon chemin. Sans compter les aller-retours dans
des zones comme la région enneigée, juste pour l'ambiance et le décor. Je pense que Muramasa est clairement un jeu qu'on apprécie mieux en faisant durer le plaisir, plutôt qu'en cherchant le
speedrun bête et méchant.

Bayonetta !

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 27/11/2009 18:27


Prochaine fois... Manette GC POWAAA !!!!!


Jack 25/11/2009 20:31


Ben de tout façon ça y est, j'ai commandé Odin Sphere, je l'ai trouvé à 11.60€ sur Amazon c'est vraiment pas cher ^^.

Peut-être que certains revendeurs n'ont pas eu beaucoup de copies de Muramasa, mais au pire il reste toujours les gros distributeurs en ligne comme Amazon et Fnac par exemple, qui ont toujours un
stock important, puis sinon il reste encore la possibilité d'importer d'Angleterre.

Okami n'a pas marché du tout, et ce même au Japon malheureusement, si bien que le studio en charge du développement (Clover) a dû fermer ses portes. Heureusement, vu qu'ils ont été virés par Capcom
ils viennent de rouvrir sous un autre nom (Platinum Games), et c'est à eux que l'on doit le Beat 'em all qui cartonne actuellement au Japon et qui sortira en Janvier 2010 chez nous sur consoles HD,
Bayonetta. Capcom a néanmoins prévu de sortir une "suite à Okami (Okamiden) mais ne prends pas de rique car il sortira sur DS ^^.


Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 26/11/2009 20:35


Cool !

J'espère qu'Odin Sphere te plaira !

Ah Bayonetta, c'est eux ? Au début, ça m'intéressait pas, mais maintenant... Je vais surveiller de plus près tout ça.


Jack 25/11/2009 16:41


Je n'ai pas fait Odin Sphere, et ce qui est marrant c'est qu'à travers ton billet sur Muramasa, tu me donne envie d'acheter Odin Sphere ! Pour Muramasa je vais attendre un petit peu avant de
l'acheter, car comme tu l'as dit il risque d'être porté sur PS3/360 donc à choisir je préférerais l'acheter sur une plateforme HD, sinon tant pis ça sera sur Wii. C'est bizarre ces histoires de
portages quand même, y'a aussi Suda Goichi qui a décidé de porter No More Heroes sur consoles HD, et le résultat graphique est loin d'être dégueu pour ce que j'en ai vu.

Pour en revenir à Muramasa ben il me tente beaucoup malgré ses défauts, car un beau jeu en 2D comme celui-ci ça court plus les rues de nos jours malheureusement :(. Puis graphiquement je le trouve
quand même super joli, avec de beaux décors et un super chara-design. L'univers, même s'il est différent, me rappelle un peu celui d'Okami (que je suis en train de refaire sur ma PS3
rétrocompatible, et l'upscaling sur TV HD fait qu'il reste toujours aussi beau, voir plus car pas d'aliasing sur ce jeu :p) et c'est pas pour me déplaire. Malheureusement les jeux de ce style ne se
vendent pas beaucoup (faut croire que le folklore Japonais ça attire pas des masses), et c'est bien triste car quand on voit le four qu'a fait Okami sur PS2 puis sur la Wii (alors que beaucoup de
monde ont gueulé pour avoir ce portage, faut croire que peu d'entre eux l'ont finalement acheté), y'a de quoi s'inquiéter pour Muramasa.


Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 25/11/2009 19:58


En même temps, c'est logique, j'ai préféré Odin Sphere donc ça tombe sous le sens que j'en dis plus du bien.

Par contre, je ne sais pas si ça vaut le coup d'attendre. Le vendeur avait l'air de dire que le nombre de copîes est quand même miséreux (ils en ont eu deux dans ma boutique, heureusement que je
l'avais réservé). Donc il risque d'être un peu délicat à trouver.

A l'opposé, je pense que Okami avait quand même marché correctement. c'est triste :(
Pareil le vendeur disait que c'était aussi la misère pour le nombre de copies sur Wii.


Vrille 24/11/2009 21:01



"La Wii ne rendant clairement pas justice aux décors sur une TV Full HD" Faut pas non plus se coller à l'écran.


"Et si en plus c'est pour ne pas tirer profit des particularités de la console et viser un profil de joueurs qui réside plutôt sur les plateformes de Sony et Microsoft, j'ai un peu de mal à voir
la pertinence dans ce choix." Je t'explique le schéma vite fait: il existe de vrai gamer sur wii. Tu sais, le masochiste qui vit pour et fais vivre nintendo pendant ses crises et se fait cracher
à la gueule à coup de supermassive-casual-game qu'en tout va pour le mieux. Et pourquoi ? Pour jouer à un putain de Zelda qui sort qu'en tout va mal ! Oui, c'est ce marché de frustrer qui est
ciblé par Muramasa.


Corti> Quels joueur d'aujourd'hui n'ayant pas connue la grande époque de la 2D s'y aventurerait ? Des curieux sans doute... Et puis c'est tout. Oui, malheureusement aujourd'hui la 2D est une
corde nostalgique. De plus, la non reconnaissance volontaire des mouvements, afin de favoriser les manettes dites classiques(GC et classique) renforce ce sentiment chez le joueur.



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 25/11/2009 19:54


Le jeu a été pas mal mis en avant par Nintendo quand même. Donc pas mal de curieux.

Sinon, je te plussoie sur le reste. Surtout pour le côté masochiste, j'ai donné avec le Cube et cette bonne vieille N64 :p


Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories