Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 20:47

"Si Miyazaki maîtrise une animation liée à la lumière, alors Kawajiri maîtrise une animation liée aux ténèbres."

 

Ah Kawajiri...

Aaaaaaahhhh... Kawajiri.

 

...

 

C'est quand même assez affreux de vouloir faire un article, d'avoir envie de faire son article et de constater qu'on ne sait pas par où commencer son article.

Mais que dire à part : Yoshiaki Kawajiri, cay le bien ?

 

Enfin, je parle particulièrement de ses films et OAVs.

 

....

 

Bon, reprenons le début.

 

Yoshiaki Kawajiri, né le 18 Novembre 1950, est un des membres fondateurs du studio Madhouse (le doux mois d'Octobre 1972 plus précisément) et y officie toujours actuellement. Le studio Madhouse a plutôt bonne réputation dans le domaine de l'animation, car leurs séries sont globalement de bonne qualité et surtout variées. Une simple liste comme celle-ci le prouve : Claymore, Ippo, Chobits, Lodoss, Chii's sweet home, The Cockpit, Death Note, Beck, tous les travaux de Satoshi Kon (paix à son âme. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est le seul réalisateur potable/original actuel comme d'autres, mais il est clair qu'il aurait pu apporter de nombreuses autres idées au monde de l'animation et au cinéma en général. Après tout, Inception n'existe que grâce à Paprika de Satoshi Kon... ). Il est donc assez difficile de ne pas trouver son plaisir chez eux. Oh certes, il y a de la bonne bouse des familles qui traîne aussi ( Ninja Scroll TV en tête de liste, et par taquinerie, j'ajouterai les parties anglaises de Beck qui sont innomables  ), mais le studio garde quand même une réputation de "qualitay" (comme on dit dans les milieux distingués).

 

Yoshiaki Kawajiri a donc été mêlé à bon nombre de projets de part son statut de fondateur de ce studio, mais je vais m'intéresser principalement aux films où il était "seul maître à bord" si on peut me passer l'expression.

 

Car il y a une patte Yoshiaki Kawajiri et celle-ci ne peut déployer tout son potentiel que quand le sieur est le grand manitou du projet et touche à tout.

On peut discerner plusieurs points qui reviennent assez régulièrement à ses oeuvres :

- la présence des démons. Il est assez rare qu'ils soient absents de ces films. Ces derniers arborent souvent une apparence humaine jusqu'au moment où leurs pouvoirs refont surface. Et là comment dire... On a un peu de tout. Ca va tout aussi bien de la fille-vagin à l'adepte du renforcement, du samouraï aveugle à la femme-poudrière, de l'homme-garou au classique vampire... A noter que les démons se comportent plutôt comme des vrais démons. S'ils enlèvent l'héroïne, ils ne se contentent pas de se limer les ongles après avoir attaché la fille à un pilier en attendant que le héros arrive pour la sauver. Naon, ils vont l'utiliser directement afin qu'elle leur soit utile pour la suite des évènements. Ces séquences passent par des scènes X plus ou moins osées. Ainsi dans la Cité Interdite, les démons poussent le héros à abandonner sa mission en lui balançant sur écran géant sa coéquipière qui se fait abuser par trois démons en même temps, dans Ninja Scroll, l'une des scènes un peu hot permet de mettre en avant le pouvoir de l'héroïne qui sera fondamental pour la suite de l'histoire, tandis que la deuxième est liée à l'idée de possession.

Ce qui est agréable, c'est que ces scènes servent vraiment l'histoire. Rien n'est gratuit et ce n'est pas du cul pour du cul. Leur insertion est logique dans l'histoire et permet de faire avancer l'intrigue, et parfois, elles se payent même le luxe d'être liées au twist final. Inutile de dire que pour moi qui râle facilement envers le côté "propre" de beaucoup de productions quelqu'elles soient, c'est juste du bonheur en barre que de voir agir des démons comme de vrais démons.

 

http://3.bp.blogspot.com/_6475DSpW3Go/SD-HITiEYKI/AAAAAAAAAJg/O3yaUvYOuGE/s400/wickedcity-sweetlovin.jpgPour un blog tout public, sachons rester safe.

 

 

 

- la gestion des ombres et donc la luminosité. C'est surtout ce point qui définit la grosse différence entre Miyazaki et Kawajiri à mes yeux. Les univers de Miyazaki gardent un côté très "pastel" ou plutôt, ont un graphisme et une gestion de la lumière assez proches de ce que l'on a pu connaître dans les années 80/90. Je pense entre autre à Tom Sawyer et autres Rémy Sans Famille. Chez Kawajiri... Vous vous doutez bien que l'on s'attache à montrer des personnages qui font plus adultes et dont la part sombre est bien plus facilement mise en avant. Ici, on nage dans des univers ténébreux, à la limite de la décadence finale. Et pour faire refléter cette part d'ombre qui hante les mondes que parcourt Kawajiri, ce dernier a poussé au maximum la gestion de la luminosité. Car là où il y a de la lumière, il y a de l'ombre. Et là où l'ombre étend son voile, règnent les démons. Et donc, une des choses qui laissent bouche-bée quand on regarde les dernières oeuvres de Kawajiri, c'est la qualité hallucinante de détails liées à la gestion de la luminosité qui peut apparaître sur une seule scène. Et le pire étant que tout cela est animé de façon absolument remarquable. Certaines scènes de Vampire Hunter D foutent d'ailleurs une claque magistrale par leurs qualités esthétiques. Je reste curieux de voir à quoi ressemble sa dernière oeuvre qui est sorti depuis trois ans d'ailleurs. D'ailleurs, si quelqu'un veut découvrir cet auteur, je conseillerais de commencer par ses oeuvres les plus vieilles pour de simples raisons d'évolutions graphiques.

 

 

Vampire Hunter D

Pas moyen de mettre la main sur une image potable, mais regardez le détail des jeux de lumière

sur les cheveux de la fille. Et TOUT est parfaitement animé.


 

- des gueules. En effet, il faut dire ce qui est, les personnages homme de Kawajiri sont rarement beaux dans le sens brut du terme. Mais ils ont de la gueule. Ils sont charismatiques. Le côté baroudeur des héros les rend particulièrement attachant, surtout quand ils commencent à prendre crasse sur crasse dans la face alors qu'ils ont rien demandé. Mais les autres personnages ne sont pas délaissés pour autant. Ici, pas de grands yeux, et difficiles de savoir qui est alliés ou ennemis - sauf qu'en général, on a la gentillesse de nous dire  rapidement qui est quoi en fait. Les femmes ne restent pas en reste, dégageant un charme certain. Elles font preuve d'une certaine classe et fierté. On ressent aisément que ce sont des femmes sûres d'elles et que si elles ont des faiblesses, elle préfèreront les cacher plutôt que d'admettre la vérité. D'un certain point de vue, on peut considérer que ce sont des tsundere ou des coodere, mais ces termes me paraissent bien réducteurs face à la prestance qu'elles dégagent. Et surtout que ça résume un peu trop succinctement les évolutions qu'elles peuvent subir au cours de l'histoire  alors que leur personnalité est plutôt aboutie. Sans compter que ce n'est pas forcément une évolution vue que ce sont des choses qui sont présentes dans leur comportement depuis le début. Quoiqu'il en soit, pour le (re)dire de façon efficace, les personnages créés par Yoshiaki Kawajiri ont de la gueule et du charisme à revendre à outrance surtout une fois qu'on a terminé le film. On ne les voit plus de la même façon.

 

 


http://3.bp.blogspot.com/_6475DSpW3Go/SD-DWTiEYGI/AAAAAAAAAJA/GJGa2Aq38y0/s400/wickedcity-gunshow.jpgCe type a un temps de présence inférieur à deux minutes.

Et pourtant, il a de la gueule.

 


 

- ne jamais sous-estimer jamais les filles créées par Yoshiaki Kawajiri. NEVER.

 

La Cité Interdite.

Heu... Chérie ?

 

 

Les deux premier points explicitent principalement le pourquoi de la première phrase en haut de cet article. A mes yeux, Yoshiaki Kawajiri est clairement un réalisateur de la trempe de Hayao Miyazaki, la seule nuance, c'est que ses films ne sont pas pour tous publics, ce qui fait que son public est forcément plus limité. Et surtout, ses films ne proposent pas des fins aussi tranchées et aussi positives que celles de Miyazaki... Ce qui n'empêche pas le fait que ce sont de belles fins où il est difficile de ne pas écraser une larme d'émotion.

 

Mais on en reparlera lors du prochain article où je m'attarderais plus sur chacun des films qui sont sortis par chez nous et que j'ai vu.

 

En attendant, autant regarder un gif alakon.

 

Suite : les films de Yoshiaki Kawajiri

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Manga-Anime-JVs
commenter cet article

commentaires

Aldrea 01/09/2010 13:05



Héhé oui je sais, mais en même temps j'ai été élevée aux Resident Evil et au premier Silent Hill à 8ans alors au point où j'en étais...


Merci les grands frères !



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 01/09/2010 14:34



Ils avaient besoin de leur petite soeur pour jouer en fait. ^^


Ca devrait les rassurer que tu sois là :)



Aldrea 31/08/2010 23:26



Hoho oui, Ninja Scroll je me rappelle l'avoir eu en VHS dans ma prime jeunesse et donc l'avoir vu quand j'avais une dizaine d'années... j'avais pas compris grand chose, sauf que c'était bien
sanglant ^^


Du coup, tu m'as donné envie de le revoir ! Ainsi que tous ces autres films.


En attendant ton prochain article, je vais tous me les faire, comme ça je pourrais contrdire tout ce que tu diras!



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 01/09/2010 12:13



Voir Ninja Scroll dans les 10 ans ? T'es pô bien toi ! O_o


Sinon, l'article devrait être fait dans la journée, je ne sais pas si tu auras le temps de les regarder :p



jonas 31/08/2010 18:49



Ouais mais d'une il me semble que Mr *hype* Nolan a cité Kon (pas la peluche de bleach hein mais le réalisateur) dans ses influence et de deux il me semble qu'il manque de la musique à furtif
pour être une pâle copie (non parce qu'un macross sans musique c'est comme un plateau de fromage sans pavé d'affinois).



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 31/08/2010 19:02



Je peux te confirmer l'absence de chanteuse pour Furtif.


Après, y'a quand même un paquet de ressemblance comme je viens de le remonter dans l'article chez le dino bleu.


http://ledinobleu.wordpress.com/2010/08/24/furtif/#comments


Après, on peut dire que c'est une pâle copie américaine. Après tout, dans le dernier Robotech que j'ai vu, y'avait pas de chanteuse ^^



le gritche 31/08/2010 16:27



"Après tout, Inception n'existe que grâce à Paprika de Satoshi Kon... )"


 


Ahah. C'est la 15ème fois que je vois cette comparaison lachée bêtement. Sinon je ne connais le monsieur que pour Vampire D dont j'ai beaucoup apprécié les qualités techniques et les décors.



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 31/08/2010 18:15



Yeah, mais pour une fois, ce serait dommage de se priver. Sinon, je peux te dire que Furtif n'existe que grâce à Macross Plus, mais bizarrement, je sens que ça va vachement moins te parler :)



Rukawa 31/08/2010 16:08



en attendant, çà fait 10 ans qu'il ne fout plus rien Kawajiri :/



Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 31/08/2010 16:28



Bah, il vieillit, il met de l'eau dans son vin au fur et à mesure du temps qui passe.



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories