Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:12

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/93/83/72/20452765.jpg

 

 

 

Aaaaaaahhhhh.... Jappeloup.

Un petit cheval qui a mis la misère aux grands. En tant qu'ancien cavalier, j'attendais ce film avec curiosité et une légère impatience.

Et je n'ai pas été déçu de ce côté-là. Il y a vraiment une authenticité et un réalisme qui se dégage pour toute la partie "petit club d'équitation". J'ai retrouvé les mêmes choses que j'ai pu utiliser lors de mes compétitions comme la fameuse malle en métal que tout cavalier a l'habitude de se traîner. Ou le moniteur d'équitation qui clope comme un pompier. La mère qui s'affole quand le gamin tombe au cross et qui ne veut pas qu'il remonte. Bref, de ce côté, le film est incontestablement une réussite.

De même, les scènes de compétition sont elles aussi parfaitement retranscrites (TOUT cavalier qui a fait de la compétition se rate une fois sur la clochette ou la ligne de départ).

 

Autre point que j'ai apprécié, c'est que les chevaux sont vraiment présents dans le film. On est bien loin de "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux" et son histoire d'amour qui bouffe 90% du film et qui fait passer les chevaux en second plan. Là, ils sont présents et il y a des cadrages particulièrement réussis. Le fait que Guillaume Canet soit un ancien cavalier y joue certainement beaucoup, le film pouvant éviter des montages grossiers (du genre avec l'acteur qui fait semblant de monter avec un décor qui défile derrière, le truc moche par définition) ou l'utilisation des doublures, ce qui lui donne une meilleure cohérence au film.

 

Et l'histoire alors ?

Et bien... Même si je n'ai pas vu le film passer, j'ai toujours l'impression qu'il manque un léger "truc" pour en faire un très bon film. Je ne sais pas trop à quoi c'est dû. Peut-être ma frustration de ne plus monter à cheval depuis longtemps a joué sur la chose. Mais je reste persuadé qu'il manque un petit truc. J'en sais rien, un petit souffle d'épique qui donnerait de grandes lettres de noblesse au film. Comme s'il lui manquait un petit grain de folie. Peut-être est-ce dû au fait que j'aurais aimé avoir un peu plus de temps consacré à l'évolution de la relation entre Jappeloup et son cavalier. Le souci, c'est que l'on ne voit pas vraiment d'évolution à proprement parler durant tout le film. Certes, on nous râbache que Jappeloup est un cheval compliqué, mais en quoi, pourquoi ? Ca manque un peu de lissage sur cette partie.

Après bon, le CSO, ça n'est pas mon épreuve de concours préféré aussi. Rien ne vaut le CCE ! Ouep, en fait, je suis en manque d'un galop à fond le train. Même sur la plage, ils ne laissent pas vraiment les chevaux galoper. Mais bon, c'est contrebalancer par certaines scènes agréables, comme quand Jappeloup fait un peu le foufou dans la carrière ou quand il suit Guillaume pas à pas.

Concernant le film en lui-même, je ne sais pas comment il peut plaîre à un public plus large. Les anciens cavaliers et cavaliers actuels auront certainement pleiiiiiiiin de plaisir à le regarder, mais je ne sais si l'alchimie pourra marcher tout aussi bien sur les gens "normaux" (non, parce que pour galoper sur les terrains de cross ou sauter des obstacles de plus d'1m, faut pas être normal).

 

J'ai aussi apprécié la présence des deux guest stars (un français et un américain) dans le film aussi. Ce sont toujours des têtes plaisantes à voir.

 

En somme, j'ai vraiment passé un excellement moment sur ce film. Mon plus gros regret au final, c'est de ne pas avoir pris le numéro de la fille avec qui je suis sorti à la fin du film et avec qui j'aurais pu causer équitation. Mais ce dernier point n'a pas grand chose à voir avec le film. :D

 

Les 2h10 du film sont bien remplis, il y a vraiment des images magnifiques et même si la relation entre Jappeloup et Pierre Durand n'est pas assez approfondi à mon goût, pour le reste, j'ai eu un sourire collé sur le visage pendant toute la scéance, tant je retrouvais dans ce film ce que j'ai pu vivre dans ce monde.

 

Et là, je me sens atrocement frustré de ne pas avoir mon petit Ever For Ever à remonter. Si ça se trouve, il doit être à la retraite ce bougre d'abruti. Pas juste.

 

 

Bon, et puis comme on cause cheval, une image en rapport avec l'actu :

mamienovafraisemure.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

lunch 17/03/2013 22:25


Si ça se trouve, la fille elle le regrette aussi de pas t'avoir demandé ton numéro, j'en suis sûr ^^


Je crois qu'une scène a été tournée au stade à Bordeaux l'une des rares fois où j'ai été là bas (ça date un peu le tournage non ?). Il fallait rester dans les tribunes après le match pour faire
"du monde". Je sais pas c'était plus pertinent que dans un hypodrome mais bon...

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 21/03/2013 14:03



Les concours de saut d'obstacle ne se passe pas dans un hippordrome en général. Ceci explique cela :)



Julien 16/03/2013 17:51


après les raviolis et les lasagnes, voilà qu'on retrouve du cheval dans le cinéma français :p

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 21/03/2013 14:03



Oh, c'est taquin ça :p



fallenRaziel 14/03/2013 21:22


Je vais sûrement aller le voir bientôt, étant moi-même ancienne cavalière (en fait on monte tous dans la famille lol)

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 21/03/2013 14:02



Je te le conseille ! Il n'est pas parfait, mais il vaut le détour pour des cavaliers :)



Tama 09/03/2013 17:48


Je savais qu'il existait un film mais ça fait bizarre de voir quelqu'un en parler. Si je le vois un jour, je sens que ça me faire tout drôle de replonger dans tout ces souvenirs. Quand j'étais
enfant Jappeloup c'était mon idol, avec Milton et John Whitaker. J'avais même le livre "crin noir".
Par crontre si j'adorais le cross, je n'étais pas fan de compétition (ni de dressage d'ailleurs). Tiens, maintenant que j'y pense je me demande aussi ce qu'ils sont devenus tout ces "gros
poneys".

Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir 21/03/2013 14:02



Un peu de nostalgie, ça fait du bien :)



Présentation

  • : Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • Le blog de Corti Zone ou l'art d'être puceau sans le vouloir
  • : Hmmm... Des dessins pourris et des critiques de ce qui me tombe sous la main
  • Contact

Recherche

Catégories